Colonnette de châsse prêtée à l’exposition « Trésor de Notre-Dame » au musée du Louvre.

par Eric Landgraf et Christine Descatoire

Plusieurs fois par an, le musée de Cluny prête ses collections à d’autres musées en France et à l’étranger. En 2023, de nombreuses œuvres sont parties en Allemagne, en Irlande, au Louvre d’Abu Dhabi (Émirats Arabes Unis) et en Pologne, et surtout sur le territoire français.

L’une d’entre elle, une colonnette gothique (d’une châsse) participe actuellement à la nouvelle exposition du musée du Louvre, ouverte du 19 octobre 2023 au 24 janvier 2024 : « Le Trésor de Notre-Dame. Des origines à Viollet-le-Duc ».  

Avec plus d’une centaine d’œuvres exposées, le trésor de Notre-Dame célèbre les chefs-d’œuvre de l’orfèvrerie, les ornements liturgiques recouverts d’or et les manuscrits précieux et cultuels donnant au public les clés du destin millénaire de ce trésor indissociable de l’histoire de la France. Florian Meunier précise que ce trésor est évoqué pour la première fois dans les inventaires de 1343, dont l’essentiel a disparu à la Révolution française. L’exposition raconte l’aventure de l’église métropolitaine et de ses acteurs, des objets trouvés dans les fouilles, des manuscrits précieux aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale de France et aux archives historiques de l’archevêché de Paris et surtout des objets liturgiques.

La réouverture au culte en 1802 et le désir de renouer avec la tradition médiévale (romans, spectacles, architecture…) dans la première moitié du XIXe siècle conduiront à la restauration de Notre-Dame par les architectes Jean-Baptiste Antoine Lassus et Eugène Viollet-le-Duc dès la monarchie de Juillet. Achevée et en partie transformée sous le Second Empire (flèches, galerie des rois, décors ajoutés, sacristie, etc.), la cathédrale Notre-Dame vit alors les heures glorieuses de sa consécration en mai 1864 qui scellent l’achèvement des travaux de l’omniprésent architecte du Second Empire dans les restaurations des monuments en France, Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879).

Parmi les précieux objets prêtés, le musée de Cluny expose ainsi une colonnette d’applique (Cl. 8677), dans un style gothique rayonnant bien enraciné en Ile-de-France, et datée entre 1240 et 1270 (de la construction de la Sainte Chapelle à la huitième croisade). Louis IX dit « Saint-Louis » après sa canonisation en 1297 est la figure tutélaire de ce style artistique qui s’impose dans l’enluminure, l’architecture et l’orfèvrerie.

RMN-Grand Palais, musée de Cluny / René-Gabriel Ojeda.

La pièce acquise pour 130 francs lors de la vente de la collection du sous-préfet Albert Germeau le 7 mai 1868, est en cuivre doré avec des marques sur la base (BIV) et le chapiteau (DA), non identifiées à ce jour. Pour Élisabeth Taburet-Delahaye, ce fragment devait certainement intégrer une châsse illustre du temps de saint Louis aujourd’hui disparue[1]. Sans doute dans la même optique, Florian Meunier l’écarte quant à lui de l’appartenance à la châsse de saint Marcel, ajoutant une raison matérielle : les métaux utilisés pour la châsse sont en or et argent doré, et non pas en cuivre doré.


Composée en trois parties, base, fût et chapiteau, le décor rappelle celui des colonnettes encadrant les piles fasciculées de la chapelle haute de la Sainte-Chapelle (1220-1245), au fût pareillement orné de fleurs de lys sur fonds losangé, par ailleurs pas entièrement réservé aux monuments royaux. [d’après Élisabeth Taburet, châsse de saint Taurin, (Évreux), de sainte Gertrude de Nivelles ou saint Marcel selon Sauval]

Le chapiteau est décoré de fleurons et de feuilles en ronde bosse « d’une remarquable exécution » écrivait Edmond Du Sommerard en 1883, mais que l’ancien directeur ne mentionne pourtant pas dans le compte-rendu qu’il fit des travaux et acquisitions de 1868 [Archives du musée de Cluny] au ministère de la Maison de l’Empereur et à la surintendance des Beaux-Arts.

Notons que Viollet-le-Duc en témoigne dans son Dictionnaire raisonné du mobilier français [ci-contre] par un dessin du graveur E[ugène] Guillaumot [2], relevant la délicate parure d’un chapiteau en feuilles de lierre selon lui. Cela témoigne néanmoins de la forte connexion des arts monumentaux et de l’orfèvrerie dans le développement du style rayonnant, à la gloire de saint Louis. 


Le musée de Cluny témoignera dans sa programmation d’expositions en 2024 de l’importance du rôle de la cathédrale Notre-Dame de Paris tant par ses collections uniques de décors sculptés de Notre-Dame à l’époque de sa construction que par un partenariat exceptionnel avec la Bibliothèque nationale de France qui prêtera à cette occasion de nombreux manuscrits médiévaux rappelant la richesse de la bibliothèque de la plus connue des cathédrales françaises.


[1] Taburet-Delahaye, 1989, p.87 : Châsse de sainte Geneviève ; grande châsse de la Sainte-Chapelle et saint Marcel de Notre-Dame. VOIR

[2] Viollet-le-Duc, t. II, p. 194-197 : Eugène Guillaumot est le fils aîné d’Étienne Guillaumot, attaché à l’Administration royale et de Louise Delaune. Auguste-Alexandre Guillaumot est le cadet de la famille et le petit dernier Louis (1824-1889). Les trois frères exerceront le métier de graveurs. VOIR


BIBLIOGRAPHIE :

Catalogue Edmond Du Sommerard, 1883, 5078.

Stiegemann, Christoph, Gotik : der Paderborner Dom und die Baukultur des 13. Jahrhunderts in Europa, [exposition : Paderborn, Erzbischöflichen Diözesanmuseum, du 21 septembre 2018 au 13 janvier 2019] sous la direction de Christoph Stiegemann, Petersberg : Michael Imhof Verlag, 2018, n°134, p. 699. Musée de Cluny – 4 Y 2018 (8). VOIR

Huchard, Viviane, Un Trésor gothique : la châsse de Nivelles : [exposition], Cologne, Schnütgen-Museum, 24 nov. 1995-11 fév. 1996 ; Paris, Musée national du Moyen-âge-Thermes de Cluny, 12 mars-10 juin 1996 sous la direction de Viviane Huchard,… Dr. Hiltrud Westermann-Angerhausen, Paris : Réunion des musées nationaux, 1996. Musée de Cluny – 4 Y 1995 (24). VOIR

Taburet-Delahaye, Elisabeth, L’orfèvrerie gothique au Musée de Cluny (XIIIe-début XVe siècle), Paris : Éd. de la Réunion des musées nationaux, 1989, n°26, p. 86-87. (dossier d’œuvre) VOIR

Leniau, Jean-Michel, Albert Germeau, un préfet collectionneur sous la monarchie de Juillet, dans : actes du 103e congrès national des Sociétés savantes, Nancy-Metz, 1978, BNF, Paris, 1979, p. 363-372.



Citer ce billet
Eric Landgraf (2023, 27 octobre). . La chronique du musée de Cluny. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rp72

Eric Landgraf

Responsable du service de la documentation et de la bibliothèque, docteur en histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search