Genèse et structure des Arts au Moyen Âge d’Alexandre Du Sommerard : de la collection à l’histoire

 

Alexandre Du Sommerard, Les Arts au Moyen Âge, vol. 1, Paris, 1838, page de titre, © Paris, Musée de Cluny

La publication des Arts au Moyen Âge[1] d’Alexandre Du Sommerard a été chaleureusement accueillie dès la parution de la première livraison, suscitant des réactions enthousiastes. Le Constitutionnel a salué la capacité de l’auteur à conférer une signification profonde aux objets tout en offrant une perspective complète sur l’histoire des arts du moyen âge.[2] Cet enthousiasme a perduré tout au long de la parution. En 1838, La Quotidienne a qualifié le texte « d’une histoire savante et judicieuse des arts du moyen-âge »[3].

L’entreprise littéraire d’Alexandre Du Sommerard se distingue en effet comme l’une des premières tentatives en France de dépeindre l’évolution d’un grand nombre d’arts « mineurs », couvrant un laps de temps très long (depuis le IVe siècle jusqu’au XVIe siècle) et à travers un cadre géographique européen, pour lequel il avait remarqué un manque d’écrits théoriques. Ainsi, il se différencie des autres actions majeures contemporaines, telles que celle de Seroux d’Agincourt qui offre une étude de l’évolution des monuments.

Par l’étendue de son sujet et la richesse en nouvelles données et en nouvelles interprétations, l’ouvrage Les Arts au Moyen Âge s’est rapidement imposé comme « un monument national de la plus haute importance, sous le point de vue artistique comme sous le rapport littéraire»[4].  Cet écrit offre également un point de vue privilégié pour examiner les relations entre érudition et collectionnisme autour de 1840. Cependant, ces mêmes caractéristiques rendent difficile une analyse exhaustive de l’ouvrage ; il faut donc se limiter à quelques réflexions sur les rapports qui l’unissent à la collection de l’auteur et à d’autres collections renommées, ainsi que sur la structure littéraire et iconographique de l’ouvrage. Cette approche permet également de préciser la formation d’Alexandre Du Sommerard et sa méthode, fondée sur l’étude rapprochée des œuvres d’art, une connaissance des sources historiques et la mise en valeur des arts du Moyen Âge.

Le parcours d’un autodidacte

Lithographie de Xavier Leprince, Un antiquaire, dans les Arts au Moyen Âge, 1838, d’après un tableau de Charles-Caiüs Renoux, l’ancien cabinet de M.D.S.D, © Paris, Musée de Cluny

Les origines du livre se trouvent sans doute dans la première contribution d’Alexandre Du Sommerard à l’étude des arts médiévaux, intitulée Notices sur l’Hôtel de Cluny et sur le Palais des Thermes, avec des notes sur la culture des arts, principalement dans les XVe et XVIe siècles, parue en 1834[5]. Cette seconde monographie témoigne déjà du travail abouti d’un esprit érudit. L’exploit d’Alexandre Du Sommerard est d’autant plus remarquable que rien dans sa formation ne le préparait à accomplir une telle entreprise.

Né à Bar-sur-Aube en 1779, Alexandre Simon Nicolas Du Sommerard était le fils d’un financier. Jeune homme au temps de la France révolutionnaire, il s’est engagé très tôt dans l’armée en tant que volontaire national dans les guerres de Vendée et en tant que soldat au cours de la campagne d’Italie. Revenu à la vie civile en 1807, il s’est installé à Paris, où il a entamé une carrière de fonctionnaire à la cour des Comptes. En 1809, il a épousé Adelaïde Simon, avec qui il a eu plusieurs enfants, dont Edmond Du Sommerard qui deviendra le premier conservateur du Musée de Cluny[6].

L’intérêt d’Alexandre Du Sommerard pour les arts du moyen âge s’est développé progressivement à partir de 1820. Il s’agit d’une vocation tardive, puisque son premier ensemble correspondait à une collection très généraliste d’homme du XIXe siècle, allant d’objets liés à l’histoire naturelle à des tableaux et des dessins d’artistes contemporains, parmi lesquels figuraient Eugène Delacroix, Théodore Géricault ou encore Xavier Leprince. Les « objets d’art » médiévaux, auxquels il s’est ensuite presque exclusivement consacré, n’étaient initialement que très minoritaires dans sa collection et n’occupaient qu’un modeste espace dans son appartement du 8 de la rue Ménars. Lors d’une conférence à l’École des Chartes, Isabelle Bardiès-Fronty et Paul Froment avancent l’hypothèse que les ventes d’une partie de sa collection en 1823 et 1826[7] étaient probablement motivées par le besoin de dégager des fonds pour de nouvelles acquisitions, ainsi que par la nécessité de libérer de l’espace. En effet, les témoignages de ses contemporains indiquent que son appartement était encombré d’objets qu’il collectionne. Ces ventes pourraient donc correspondre à une période où il commença à spécialiser sa collection[8].

Cet intérêt de plus en plus marqué pour les arts du moyen âge est également perceptible dans sa tentative, en 1825, d’intégrer le comité des antiquaires. À noter qu’un autre évènement marque la vie d’Alexandre Du Sommerard : en 1832, il a transféré sa collection à l’hôtel de Cluny. Deux ans plus tard, il a rejoint le Comité́ historique des arts et des monuments, fondé cette année-là par François Guizot, ce qui lui a offert l’occasion de côtoyer de nombreuses figures scientifiques, dont Jean-François Champollion et Victor Cousin. Enfin, il est également devenu membre fondateur de la Société de l’Histoire de France.

Les origines d’une entreprise littéraire monumentale

De son vivant, Alexandre Du Sommerard possédait quelques guides auxquels se référer en matière d’étude des arts du moyen âge : il disposait de la publication de l’Histoire de la vie et des ouvrages des plus célèbres architectes du xie jusqu’à la fin du xviiie siècle, accompagnée de la vue du plus remarquable édifice de chacun d’eux d’Antoine Quatremère de Quincy, des monuments de la monarchie françoise de Bernard de Montfaucon, des Monuments de l’antiquité et du moyen âge de la France et de l’Italie de Nicolas Xavier Willemin, ainsi que de l’Histoire de l’Art par les Monuments depuis sa décadence au IVe siècle jusqu’à son renouvellement au XVIe siècle de Jean-Baptiste Séroux d’Agincourt.

Dans l’avant-propos de son ouvrage, Alexandre écrit : « l’ouvrage d’Agincourt, où de nombreuses difficultés sont parfaitement résolues, ne reste pas moins un guide indispensable pour tout archéologue, et un modèle de dissertation quant aux principes, aux convenances et surtout à la méthode[9] ». De plus, la redécouverte érudite de l’antiquité et du moyen âge, celle qui passe par les écrits de Millin ou de Walter Scott ; l’évocation littéraire de Chataubriand et de Hugo, ne lui sont pas étrangères[10].

Une partie de sa bibliothèque, connue grâce au catalogue de vente de 1843[11] et aux notes conservées dans les archives du musée de Cluny, comprend nombre d’ouvrages liés à l’antiquité comme les Cours d’antiquité d’Arcisse de Caumont[12], les Cours d’histoire monumentale de Cyprien Robert, les Antiquités françaises de Lacurne de Sainte-Palaye, le Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques, romaines d’Anne Claude de Caylus ou encore les Monuments inédits d’antiquité figurée de Désiré Raoul-Rochette[13]. Les 492 titres proposés lors de cette vente témoignent de l’érudition d’Alexandre Du Sommerard. Mais là se terminent, ou presque, ses dettes envers les érudits, car sa véritable formation s’est fait sur le terrain, devant les œuvres et au contact de ceux qui avaient l’habitude de les manier quotidiennement.

La collection d’Alexandre Du Sommerard à la lumière d’autres collections

Les pièces d’autres collections qu’il évoque dans l’avant-propos de ses Arts au Moyen Âge sont révélatrice. Il place sa collection à côté de celle du musée d’Artillerie et de plusieurs collections particulières comme celles de Pourtalès-Georgier, Sauvageot, Decourval, de Bruges, d’Istrie, de Rothschild, Irisson, Guyot, d’Ivry, Smesson, Vivant Jean Brunet-Denon ou encore Constant Leber. Il avoue également une grande dette au Musée des Monuments Français : « il fallut ou plutôt la dispersion à jamais regrettable de ce beau Musée des Monuments français, si pittoresquement classé, si bien décrit par Alexandre Le Noir, pour arrêter l’attention sur l’effet et sur l’importance de ces vieilleries ».[14]. Ses contemporains ne se sont pas trompés et ont compris que l’auteur a dû puiser dans d’autres collections pour alimenter son ouvrage [15].

À une époque où l’histoire de l’art n’a pas encore affirmé son statut dans des institutions, Alexandre Du Sommerard a pu profiter des compétences des membres de son réseau de collectionneurs passionnés comme Jacques Sauvageot ou encore Jules Labarte. Le second témoigne dans l’introduction de son ouvrage Description des objets d’art qui composent la collection Debruge-Duménil, précédée d’une introduction historique de sa fréquentation de l’hôtel de Cluny : « Sa collection, à laquelle il consacrait tous ses loisirs et qu’il augmentait chaque jour, était devenue en 1832 l’une des richesses archéologiques de Paris. Ce fut alors qu’il eut l’idée de la transporter dans l’ancien hôtel de Cluny, qui devient, grâce à l’amabilité extrême avec laquelle il accueillait tous les amateurs, un véritable musée public. Tous les dimanches il y avait foule chez lui comme au Louvre»[16].  Dès son installation dans l’hôtel de Cluny Alexandre Du Sommerard se plaisait à expliquer toutes choses, et répandait autour de lui la science qu’il avait acquise par de longues études devants les œuvres de sa collection. Sa science était fondée dans le rapport direct, continu avec les œuvres, qui est propre au collectionneur. Pour étudier de près tous ces objets et ces monuments, il s’est livré à des voyages dont il est possible d’entrevoir l’importance et la variété grâce aux lithographies des Art au Moyen Âge et aux coupures de presse de l’époque.

Edmond Du Sommerard, Vue prise du bas du Campanile de St Marc, à Venise, dans les Arts au Moyen Âge, 1842, lithographie,
© Paris, Musée de Cluny

En 1840, il entreprit un premier voyage en Italie. Dans ses bagages, il avait emporté son fils Edmond et son ami le peintre Victor Petit. Les deux hommes étaient chargés de dessiner les monuments et objets qu’Alexandre souhaitait voir figurer dans les planches lithographiques de son ouvrage. L’objectif était de faire le tour de l’Italie des arts du Moyen âge et de la Renaissance. Les étapes de ce voyage sont connues grâce à une lettre adressée à Monsieur de Xivray et reproduites dans la revue l’Artiste[17]. Cette lettre permet d’apprendre qu’Alexandre Du Sommerard s’était déjà rendu une première fois en Italie lors d’un séjour de dix-huit mois. La lettre donne également les principaux lieux de ce second périple : Gênes, Pavie, Côme, Brescia, Vérone, Bergame, Milan et Padoue, Ravenne, Assise, Venise dont Edmond Du Sommerard rapportera plusieurs vues qu’il agrémentera d’assez longues notices descriptives.

En 1842, Alexandre et Edmond Du Sommerard entamèrent un second voyage en Italie. C’est surtout ce second voyage qui est mentionné dans les sources historiques, car c’est peu après son retour qu’Alexandre décéda. Sa santé déclinait depuis déjà deux ans[18].  Edmond écrit : « Et ce fut en 1842, au retour d’un long voyage entrepris en Italie, à l’âge de soixante-trois ans, pour recueillir les renseignements les plus précis sur la culture des arts en ce pays pendant les siècles du moyen-âge qu’il fut enlevé subitement à ses travaux et à sa famille»[19].

La structure de l’œuvre d’une vie

Les Arts au Moyen-Age en ce qui concerne principalement le palais romain de Paris, l’hôtel de Cluny issu des ruines et les objets d’art de la collection Du Sommerard, Paris, Vinchon, 1838, © Photo de l’auteur

À la lumière de ces considérations, il est possible de réexaminer la question de la structure que Du Sommerard donne aux Arts du Moyen Âge. Un passage de l’avant-propos concerne la destination de l’ouvrage : « Nous n’avons jamais eu l’intention de publier un ouvrage didactique sur l’art, de poser des règles ou des principes, en un mot de professer dans tel ou tel système »[20]. Cette monumentale publication, composée de cinq tomes de texte in-8, accompagnée d’un atlas et de trois albums in-folio contenant plus de 500 planches d’illustrations, est le fruit d’une vision ambitieuse. Le prospectus[21] annonçant la parution expose clairement le propos, le plan et la conduite de l’entreprise. L’objectif était de dépeindre l’évolution des arts et d’évoquer la vie médiévale, en somme d’écrire « une histoire de l’Art du moyen âge »[22].  Pour les commentateurs de l’époque, le texte : « explique l’état et la marche des arts par les ordonnances de nos rois, par les dispositions des chartes, par les chroniques, par une foule de documents écrits qui jusqu’ici n’avaient pas été étudiés»[23].

L’ouvrage a été publié sous forme de livraisons mensuelles, qui comprenaient de 72 à 80 pages de de texte et 4 planches gravées, soit au trait, soit à l’effet, selon le choix du souscripteur. Le prix de ces livraisons était de 7 fr.50 c. si tirage de planches en noirs, et de 15 fr. avec les planches coloriées. Chaque planche porte le numéro du chapitre auquel elle se reporte pour le texte, et pour établir le classement dans l’atlas. Outre l’atlas, les 3 volumes d’album in-folio sont indépendants du texte. Cet album est divisé en 10 séries d’objets distincts : au sein du premier album, il est possible de retrouver les monuments et mobiliers civils et religieux ; dans le second volume se trouve les reproductions de sculptures, peintures, manuscrits, dessins, enfin dans le troisième volume, le lecteur peut admirer les reproductions de tapisseries, étoffes, costumes, vitraux, faïences etc.

Bien qu’il envisageât initialement trente chapitres, Alexandre Du Sommerard ne pourra en écrire que quatre. La première publicité connue annonçant la future publication, datée du 19 mai 1837 témoigne de cette ambition[24]. Le premier chapitre est consacré plus spécialement aux Thermes et à Cluny, tandis que les trois suivants traitent de l’évolution de l’architecture de l’Antiquité au Moyen Âge. Le 19 août 1842, Alexandre Du Sommerard meurt brutalement et la quatrième partie entamée a dû être complétée par son fils Edmond. Les derniers chapitres envisagés par Alexandre sont connus grâce au prospectus liés à la publication et ils ne sont représentés que par des planches d’illustrations commentées dans le dernier tome. L’entreprise éditoriale s’arrêta définitivement en 1846.

Cette monumentale entreprise éditoriale n’a pas été sans risque financier pour Alexandre Du Sommerard comme en témoigne un article du Temps : « M. du Sommerard poursuit sa difficile tâche ; une publication de premier ordre, à travers les circonstances les moins favorables et les pertes qu’il faut supporter en librairie ne l’arrêtent pas»[25]. Et ce, malgré le fait que les livraisons aient reçu la souscription de toute la famille royale ainsi que celle du Ministère de l’Intérieur, du Ministère de l’Instruction publique, de nombreux établissements publics et de souscripteurs privés, sans oublier de nombreux souscripteurs étrangers, comme la Bibliothèque Impériale de Vienne ou encore l’Empereur de Russie et la duchesse de Berry.[26] Selon La Quotidienne : « Tous les amateurs, tous les cabinets de curiosités ou d’arts de l’Europe doivent leurs souscriptions à cette belle collection, qui a obtenu celles de presque tous les souverains, des amateurs de premier rang, des bibliothèques publiques »[27].

Annonce publicitaire pour les Arts au Moyen-âge de M. du Sommerard, Journal des débats politiques et littéraires, 19 mai 1837, © Photo de l’auteur

La reconnaissance unanime des mérites du travail d’Alexandre du Sommerard n’a pas empêché certains critiques de remarquer des faiblesses dans son œuvre. Raymond Coste écrit : « On vient de publier la première livraison de l’ouvrage de M. du Sommerard, intitulé : les Arts au moyen-âge. Cet explorateur distingué interprète nos annales françaises, nos anciens monumens avec le jugement d’un historien et l’imagination fine et curieuse de Walter Scott »[28]. Il ajoute : « M. du Sommerard ne garde pas toujours le ton historique : c’est aussi un causeur aimable et gracieux ; alors toutes ses expressions prennent le ton de la conversation ; toutes ses digressions sont instructives » [29]. Le critique semble faire allusion au véritable goût d’Alexandre pour mêler la réalité à la fiction.

En 1838, un critique souligne : « Sa science n’est pas de celle qu’on puise toute faites dans les livres, ou même qu’on recueille plus péniblement dans la comparaison des textes, dans la critique des témoignages imprimés ou manuscrits ; c’est une science acquise par l’expérience et mûrie par la méditation. M. Du Sommerard a moins consulté les livres que les monumens ; ce qu’il sait, c’est pour l’avoir vu, pour l’avoir expérimenté en quelque sorte. Il a fait, si l’on veut me permettre cette expression, une étude anatomique des arts au moyen âge »[30]. Cependant, les archives historiques du musée de Cluny prouvent que Du Sommerard a consulté de multiples sources savantes pour composer cette somme, comme en témoignent les nombreuses et explicites annotations qui enrichissent les archives du musée de Cluny. N’étant pas toujours en mesure de se rendre dans toutes les villes et lieux d’intérêt, il s’est grandement appuyé sur les archives, ainsi que sur une vaste correspondance avec des amis et des amateurs d’art. Les archives de Cluny conservent principalement des notes, des ébauches de son œuvre, ainsi que des lettres échangées avec des informateurs tels que Prosper Mérimée ou Hyacinthe Langlois.


Achille Dévéria, Portrait d’Alexandre Du Sommerard, dans les Arts au Moyen Âge, 1838, lithographie, © Paris, Musée de Cluny

Bien que le texte soit remarquablement documenté, il peut parfois sembler complexe. C’est pourquoi en 1842, Le Bulletin Monumental, dirigé par Arcisse de Caumont, publie cette chronique nécrologique : « Les trois volumes de texte de M. du Sommerard sont pleins de recherches. Malheureusement on n’y trouve pas l’ordre qu’il aurait été bon d’observer, il règne un peu de confusion dans la mise en œuvre, mais ils révèlent les connaissances profondes de l’auteur et seront consultés avec fruit par tous ceux qui prendront la peine de les lire attentivement »[31].

En dépit de certaines réserves, l’ensemble des contemporains s’accordent à admettre qu’« il fait de son livre une causerie charmante ou l’érudition se trouve partout sans jamais se montrer ; c’est à la fois l’œuvre d’un homme du monde et d’un savant antiquaire»[32]. 

Le processus lithographique

Alexandre Du Sommerard a mobilisé près de soixante artistes pour créer les cinq cents planches d’illustrations lithographiques des Arts au Moyen Âge.

Dès ses débuts, Alexandre a montré un intérêt marqué pour cette technique, l’ayant déjà utilisée pour Les Vues de Provins[33]. Cet intérêt s’explique par la facilité d’exécution offerte par la lithographie, qui n’exige pas des artistes l’apprentissage d’une technique de gravure particulière. Cette simplification d’exécution permet non seulement de réduire le temps nécessaire à la réalisation d’une estampe, mais aussi d’acquérir rapidement une renommée grâce à la diffusion quasi immédiate de ces images. Cette avancée technologique explique pourquoi la lithographie est devenue rapidement une alternative intéressante, tant sur le plan financier que commercial, par rapport à d’autres procédés.

Voici les quatre étapes décrites par Alexandre : « Quatre opérations successives : la réduction diagraphique très minutieuse, pour l’exactitude parfaite de la reproduction, la gravure sur cuivre ou sur acier du trait ainsi réduit et épuré, le transport de la gravure sur pierre et la coloration et le modelage du trait par le crayon lithographique »[34]. Les observateurs de l’époque la considéraient comme une véritable innovation technologique. L’album comprend un grand nombre de lithographies dessinées par des artistes renommés, notamment Alexandre Évariste Fragonard, Charles-Caïus Renoux, Victor Petit, Isidore Laurent Deroy, Charles Claude Bachelier, Nicolas Chapuy, Edmont Sagot et Jules Coigniet. Parmi la soixantaine d’artistes sollicités, bon nombre ont déjà contribué à de grands recueils de l’époque, tels que Les Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France publiés sous la direction du baron Taylor avec le concours de Charles Nodier et Alphonse de Cailleux[35].

Edmond Du Sommerard a également contribué à quelques planches dans l’œuvre de son père. De sa main, il est également possible de retrouver le dessin du frontispice des volumes de planches des Arts au Moyen Âge. Ce dessin témoigne dans sa confusion pittoresque d’une conception généreuse, presque onirique de cette période. Il est également l’auteur de la gravure intégrée dans le prospectus annonçant la publication des arts au moyen âge. Au sein de cette composition, on retrouve la devise « More Majorum » et les nombreux objets disposés sur un meuble fantaisiste rappellent plus les qualités de collectionneur d’Alexandre que celles d’historien. De sa main, il est également possible de retrouver plusieurs planches des monuments qu’il a dessiné lors de son voyage en Italie de 1842, notamment Vue prise du bas du Campanile de St Marc, à Venise.

Outre des objets d’art et du mobilier, Alexandre Du Sommerard a fait représenter des édifices religieux et civils français, parfois italiens. Sa collection personnelle ainsi que de nombreuses autres collections publiques ou privées ont également enrichi cet ensemble d’illustrations. Les planches lithographiques ont reçu un accueil très favorable comme en témoigne ces quelques lignes tirées de La Quotidienne : « L’atlas formera une partie très-importante de l’ouvrage de M. Du Sommerard. Confié au crayon des artistes les plus célèbres, il sera digne de la magnifique publication à laquelle il appartient. Les quatre livraisons qui ont paru ne laissent rien à désirer, ni par l’exactitude de la reproduction, ni pour la correction du dessin. Il me suffira de citer ici les deux vues de la chapelle haute, par M. Chapuy, le curieux buffet des moines de Clairvaux par m. Villemain, la châsse en émail bizantin incrusté par M. Challamel. M. Du Sommerard a pris, avec la sollicitude du propriétaire et du savant, toutes les précautions nécessaires pour que les lithographies rendent fidèlement l’effet des sujets qu’elles doivent reproduire et, pour qu’ainsi elles offrent en quelque façon la même certitude que les originaux, les réductions sont faites au diagraphe ; une main exercée s’en empare pour donner au trait plus de souplesse et d’animation. Les dessins ainsi préparés sont fixés par la gravure et reportés enfin sur la pierre, où un crayon habile répand le mouvement avec la vie. Les planches coloriées sont de la plus admirable exécution et de la vérité la plus complète. Je ne crois pas qu’on soit arrivé à un aussi haut degré de perfection »[36].

Isidore Laurent Deroy, Chambre, dite de François Ier. , dans les Arts au Moyen Âge , lithographie, 1838-1846, © Paris, Musée de Cluny

Les stratégies d’exposition d’un collectionneur

Dans les premières planches, après son portrait en tant que collectionneur par Achille Devéria le montrant avec une statuette en ivoire dans la main, issue de l’atelier de Jean de Bologne et représentant La Vertu chassant le vice, Alexandre Du Sommerard livre plusieurs vues de l’intérieur de l’hôtel de Cluny. La réunion des pièces de sa collection dans un bâtiment historique comme l’hôtel de Cluny sert de toile de fonds à une certaine histoire du Moyen Âge. Deux salles en particulier sont minutieusement détaillées : la salle François Ier et la chapelle. La planche intitulée « Chambre de François Ier », d’Isidore Laurent Deroy, est emblématique de la stratégie d’acquisition et d’exposition d’Alexandre Du Sommerard. Il choisit de placer dans cette pièce le lit qu’il croit être celui du roi de France. Lorsqu’il fait visiter son hôtel, Alexandre reprend une légende selon laquelle il s’agit de la chambre où François Ier surprend Marie Tudor en compagnie de son amant. Cette mise en scène vise à relier la grande histoire à des objets et à des espaces reflétant le goût d’Alexandre et où la réalité peut se mêler à la fiction. La planche intitulée « Chapelle haute de l’hôtel de Cluny, 1re vue », réalisée par Nicolas Chapuy, montre une salle remplie d’objets de toutes sortes, mobilier, sculpture, orfèvrerie… qui masque presque les volumes de l’architecture. Dans cet environnement, Alexandre Du Sommerard exprime sa vision du Moyen Âge qu’il essaie de faire revivre à travers sa collection et ses mises en scène. Contrairement à ce que pourrait suggérer le terme « bric-à-brac », utilisé à plusieurs reprises par Honoré de Balzac dans le Cousin Pons pour qualifier la collection d’Alexandre, cette planche témoigne d’une véritable réflexion sur l’aménagement de cet espace et sur sa cohérence.

Nicolas Chapuy, Chapelle haute de l’hôtel de Cluny, 1ère vue, dans les Arts au Moyen Âge, 1838-1846, lithographie, © Paris, Musée de Cluny

L’ouvrage vise à offrir une compréhension du développement des arts au Moyen Âge, mais dans une atmosphère toute romantique, voire romanesque. La manière dont la collection d’Alexandre Du Sommerard était exposée à l’hôtel de Cluny reflète cette même aimable confusion. Après son installation en 1832, il prenait plaisir à ouvrir les portes de son appartement, qui était devenu un lieu de rencontre pour les artistes, archéologues et amateurs de créations artistiques de cette période. Certains le désignait même déjà sous le nom de Musée de Cluny. En effet, il est possible de retrouver cette appellation dès 1837 dans le Moniteur Universel « on ne sera pas surpris de voir, sur le frontispice de cet ouvrage, le nom de M. du Sommerard : il y a long-tems que ce magistrat consacre ses loisirs à l’étude monumentale du moyen-âge ; et il n’est pas d’artistes, pas de savans en Europe qui ne s’empressent de visiter la riche collection dont il a composé son musée »[37]. En termes de conclusion, les contemporains s’accordaient à trouver que « l’ouvrage de M. Du Sommerard est un musée français plus riche que sa collection » [38] et qu’il « mérite une place dans les grandes bibliothèques »[39].

 

 

 

Guichard, N°1 Pommeau de Liège, N°2 Figure Penthée, N°3 Feuillet du Diptyque, dit de Stilican, décrit par Montfaucon (appartient à Mr. Baudot de Dijon.), dans les Arts au Moyen Âge, 1838-1846, lithographie, © Paris, Musée de Cluny.
J. Engelmann, XVe. Siècle, Etoffes : 1ère planche d’après le dessin fait à Berne de divers trophées conservés dans la Cathédrale de cette ville sous le titre d’antiquités bourguignonnes…, dans les Arts au Moyen Âge, 1838-1846, chromolithographie, © Paris, Musée de Cluny.
Théophile Fragonard, XIIe. Siècle : Flabellum de l’abbaye de Tournus…(décrit dans l’histoire de Tournus et par Maiterne et Durand, Cabinet de Mr ; de Bruge), dans les Arts au Moyen Âge, 1838-1846, lithographie, © Paris, Musée de Cluny.

[1] Alexandre Du Sommerard, Les arts au moyen âge, en ce qui concerne principalement le palais romain de Paris, l’hôtel de Cluny… et les objets d’art de la collection classée dans cet hôtel, 1838-1846, 5 vol. in-8° de texte, 3 vol. in-fol. d’album et 1 vol. in-fol. d’atlas.

[2] Anonyme, Le Constitutionnel, 18 octobre 1837, p.3.

[3] Anonyme, « Les Arts au moyen-âge, par M. Du Sommerard », La Quotidienne, 2 janvier 1838, p. 1-2.

[4] G. de Servière, « Les Arts au moyen-âge, par M. du Sommerard », Le Populaire royaliste, 11 août 1838, p.2.

[5] Alexandre Du Sommerard, Notices sur l’Hôtel de Cluny et sur le Palais des Thermes, avec des notes sur la culture des arts, principalement dans les XV et XVIème siècles, Paris, Ducollet, 1834.

[6] Anne Bodin, Alexandre Dusommerard (1779-1842), Caroline Bodin, Edmond Du Sommerard (1817-1885), premier conservateur du musée de Cluny, maîtrise d’histoire de l’art, sous la direction de Jean Tulard, Université de Paris IV – Sorbonne, soutenue en 1982.

[7] Tableaux anciens et modernes, [vente], 3 avril 1826, s. l. : s. n., 1826.

[8] Isabelle Bardiès-Fronty et Paul Froment, Les premières collections du musée de Cluny et d’Ecouen, une affaire de famille, Conférence, Ecole des nationale Chartes, 23 novembre 2021, en ligne, consulté le 28 avril 2024.

[9] Alexandre Du Sommerard, Les arts au moyen âge…, op.cit. à la note 1, p.v.

[10] Idem, p. xj.

[11] Catalogue des livres anciens et modernes, reliés et brochés provenant de la Bibliothèque de feu M. Du Sommerard : [Vente (Livres). 13,14, 15 et 16 décembre 1843. Paris], Paris, Comptoir des Imprimeurs-Unis, 1843.

[12] Bulletin monumental, publié sous les auspices de la Société française pour la conservation et la description des monuments historiques ; et dirigé par M. de Caumont, Paris, Société française d’archéologie,1842, Tome 8, p. 486-487.

[13] Inv Cl. 22605 : brouillon des Arts au Moyen Âge et notes de lectures, quelques lettres d’artistes et de collectionneurs ; notes sur les Antiquités françaises de Lacurne de Sainte-Palaye, extraits du Cours d’histoire monumentale de Cyprien Robert, copies d’inventaires des XIVe et XVe siècles.

[14] Idem, p.v.

[15] « Le palais des Thermes forme la base du grand édifice qu’il consacre aux arts français. Les matériaux en seront pris principalement dans l’hôtel de Cluny, et dans la riche collection qu’il renferme. Toutefois M. Du Sommerard se propose, pour compléter ses précieuses reproductions, de faire quelques emprunts au Musée d’artillerie, ainsi qu’au cabinets de MM. De Pourtalès, Sauvageot, de Bruges, Brunet-Deno, d’Ivry, Leber, etc. On comprend du reste qu’il sera obligé de puiser pour ce qui concerne l’architecture, ailleurs que dans son propre fonds.» dans Anonyme, La Quotidienne, 2 janvier 1838.

[16] Jules Labarte, Description des objets d’art qui composent la collection Debruge-Duménil, précédée d’une introduction historique, Paris, Librairie archéologique Victor Didron, 1847, p.7.

[17] Alexandre Du Sommerard, « Correspondances » dans l’Artiste, tome 6, pp.236 à 239.

[18] Caroline Bodin, Edmond Du Sommerard (1817-1885), premier conservateur du musée de Cluny, maîtrise d’histoire de l’art, sous la direction de Bruno Foucart, Université de Paris IV – Sorbonne, soutenue en 1992, p.17

[19] Edmond Du Sommerard, « Avant-propos » dans Les Arts au Moyen Âge …, op.cit. à la note 1, Tome V, p.VII.

[20] Alexandre Du Sommerard, Les arts au Moyen Âge …, op.cit. à la note 1, p.iij.

[21] Les Arts au Moyen Âge en ce qui concerne principalement le palais romain de Paris, l’hôtel de Cluny issu des ruines et les objets d’art de la collection Du Sommerard, [Prospectus donnant la table du texte], Paris, Vinchon, 1838.

[22] Idem, p.2.

[23] Anonyme, Le Temps, le 3 août 1839, p.2.

[24] Journal des débats politiques et littéraires, 19 mai 1837, p.3.

[25] Du Sommerard, « Les Arts au moyen-âge, Le Temps, 3 août 1839, p.3-4.

[26] Alexandre Du Sommerard, Les arts au Moyen Âge …, op.cit. à la note 1, p.436.

[27]Anonyme, La Quotidienne, 1er septembre 1838, p.3.

[28] Raymond Coste, « Variétés », Le Temps, 4 novembre 1837, p.3-4.

[29] Idem.

[30] M., « Revue Littéraire : Les Arts au moyen âge par M. du Sommerard », La Quotidienne, 2 janvier 1838, p.1.

[31] Bulletin monumental, publié sous les auspices de la Société française pour la conservation et la description des monuments historiques ; et dirigé par M. de Caumont, Paris, Société française d’archéologie,1842, Tome 8, p. 486-487.

[32] G. de Servière, « Les Arts au moyen-âge,… », article cité à la note 5, p.2.

[33] Alexandre Du Sommerard, Vues de Provins, Paris, Gide, 1822.

[34] Alexandre Du Sommerard, Les arts au Moyen Âge…, op.cit. à la note 1, p.a.

[35] Charles Nodier, Justin Taylor et Alphonse de Cailleux, Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France, Paris, Gide fils, 1820-1878.

[36] Anonyme, La Quotidienne, 2 janvier 1838, p.2.

[37] Anonyme, Le Moniteur Universel, 14 novembre 1837, p.2.

[38] Anonyme, « Les Arts au Moyen-âge de M. Du Sommerard », dans L’Artiste : journal de la littérature et des beaux-arts, 1840, tome 6, p.220.

[39] Anonyme, Le Temps, 12 décembre 1839, p. 3.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Solène Sazio (6 mai 2024). Genèse et structure des Arts au Moyen Âge d’Alexandre Du Sommerard : de la collection à l’histoire. La chronique du musée de Cluny. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qzc


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search