Une inscription rejoint au musée de Cluny la 5e pièce de la tenture de chœur de la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais

Fragment de la 11e pièce de la tenture du chœur de la cathédrale de Saint-Pierre de Beauvais
Pays-Bas méridionaux (?), vers 1460.
Laine et soie.

Provenance : cathédrale Saint-Pierre de Beauvais (Oise) ; collection Peaucelle, Voisinlieu (Oise) ; fonds de l’antiquaire Charles Ratton (1895-1986), Paris ; fonds de l’antiquaire Guy Ladrière, Paris
musée de Cluny – musée national du Moyen Âge, Cl. 23973

Vue avant restauration
Inscription : comment Marcel et Epuleus, bourgeois de Romme, ensevelirent saint Pierre
©
RMN-Grand Palais (musée de Cluny – musée national du Moyen Âge).

L’inscription, avec sa lettre initiale rouge, ou rubriquée, et ses lettres de forme de teinte brune imite l’écriture manuscrite du XVe siècle. Elle surmontait l’avant-dernière scène de l’histoire de saint Pierre, onzième tapisserie de la tenture de chœur de la cathédrale de Beauvais et en donnait le titre.

Pour le don de ce fragment, Guy Ladrière rend hommage à Alain Erlande-Brandenburg, conservateur au musée de Cluny à partir de 1967, puis directeur en 1980-1987 et 1991-1994. Il a consacré une attention particulière à l’étude et à l’enrichissement de sa collection de tapisseries.

La délivrance de Saint-Pierre , 5ème pièce, (d’après le livre des actes des apôtres, chapitre 12, versets 9-10).
Cl. 1235 © RMN-Grand Palais (musée de Cluny – musée national médiéval)

Cette série de tapisseries a été offerte pour orner le chœur de la cathédrale Saint-Pierre par Guillaume de Hellande, évêque de Beauvais de 1444 à 1462. Six des onze pièces (tapisseries 2, 4, 6, 7, 8 et 9), dispersées à la Révolution, sont aujourd’hui conservées par la cathédrale de Beauvais. La 5e pièce est entrée dans la collection du musée de Cluny grâce à Alexandre Du Sommerard ; elle est accrochée salle 14 et représente saint Pierre conduit hors de la prison du roi Hérode par l’intervention miraculeuse d’un ange. La première pièce n’est plus connue que par une mention. Deux scènes de la troisième pièce sont aujourd’hui à la National Gallery de Washington. La 10e tapisserie, la décollation de saint Paul, est la propriété du Museum of Fine Arts de Boston.

La pièce 11, très dégradée au milieu du XIXe siècle, mais heureusement reproduite au trait dans une revue savante du Beauvaisis, a été séparée en plusieurs morceaux : l’inscription historique sur le don de la tapisserie semble avoir disparu. La scène de l’ensevelissement de saint Pierre a été mentionnée dans le fonds de l’antiquaire Jacques Bacri en 1924 (Marthe Crick-Kuntiziger, « A Fragment of Guillaume de Hellande’s Tapestries », The Burlington Magazine for connoisseurs, novembre 1924, vol. 45, n° 260, p. 225-227 et 230-231.), et l’apparition des saints Pierre et Paul à Néron, publiée en 1959 par Jacques Bacri (« A new Fragment of the Guillaume de Hellande’s Tapestries » The Burlington Magazine, n° 101, 1959, p. 402-404.), semble se trouver aujourd’hui aux Etats-Unis. L’examen du revers de l’inscription, possible au moment de son acquisition et avant son montage sur panneau, révèle que la pièce comporte des retissages : par exemple le mot « de », qui à l’origine se trouvait au bout de la première ligne, a été retissé sous le C initial, à la place d’un blanc. Les teintes orangées de certaines laines sont l’indice de laines récentes.

11e pièce reproduite dans la revue Mémoires de la Société académique d’archéologie, sciences et arts du département de l’Oise, © BnF – Gallica.

Si le martyre de saint Pierre est mentionné dans les Actes des Apôtres, son ensevelissement par deux Romains pieux et précocement convertis au christianisme, Marcel et Apulée, n’apparaît que tardivement dans la Légende dorée. Marcel et Apulée, martyrisés après saint Pierre, étaient célébrés le 7 octobre, en particulier dans le diocèse de Noyon, voisin de celui de Beauvais.

Les modèles des scènes représentées sont dus à un peintre de formation flamande et une attribution à Jacques Daret, peintre tournaisien formé auprès de Robert Campin, attesté de 1418 à 1470, est plausible. Le lieu de tissage n’est pas connu, mais Guillaume de Hellande a pu se tourner vers Arras ou vers Tournai, alors importants lieux de production de tapisseries.

L’inscription proposée par la galerie Ladrière est parfaitement cohérente avec les autres tituli présents dans les différentes pièces de la tenture : les laines du fond sont jaunes, la lettrine initiale est tissée en rouge, les autres lettres en laines brunes. L’inscription se déploie en français sur deux lignes, comme dans la plupart des autres scènes ; dans certains cas, les lissiers de la tenture de Beauvais ont eu recours à trois lignes. L’usage du français était la règle quasi exclusive pour les tapisseries de chœur (à noter que sur la tenture de saint Etienne d’Auxerre, les tituli sont en français, mais les rares paroles attribuées aux protagonistes de l’histoire sont en latin). L’inscription est tracée en lettres de forme, typiques des écritures du XVe siècle, avec des arrêts de trait formant carré sur pointe le plus souvent (pour les m, les traits inférieurs des r, des c, des e…) et de fines courbes pour fermer les e ou barrer les s finaux. La haste supérieure des l s’effile en deux pointes. La phrase comporte deux abréviations, très classiques, permettant dans les deux cas de faire l’économie d’un m, dans le mot Comment, et dans le toponyme Rome, orthographié Romme. La fin de l’inscription est marquée par un point sous forme de carré évidé placé en milieu de ligne, également attesté sur d’autres pièces de la tapisserie, en particulier celle comportant la guérison de Pétronille, à Beauvais.

En octobre 2022, le groupement de restauratrices, dirigé par Sylvie Forestier, a procédé à un lavage aqueux. Les zones les plus fragiles ont été doublées ; un point de feston a été apporté sur la bordure gauche, des points d’arrêt maintiennent les franges de la bordure droite. La pièce a été cousue sur un support en polycarbonate alvéolaire, recouvert d’un molleton de coton et d’un tissu de soie teint sur mesure. 

Bibliographie sélective sur la tenture de chœur de Beauvais

  • Achille JUBINAL, Les anciennes tapisseries historiées, Paris, 1838.
  • Pierre-Constant BARRAUD (abbé Barraud), « Notice sur les tapisseries de la cathédrale de Beauvais », Mémoires de la Société académique d’archéologie, des sciences et arts du département de l’Oise, vol. I, 1852, p. 165-200.
  • Pierre-Constant BARRAUD (abbé Barraud), « Description de deux nouvelles tapisseries exécutées pour la cathédrale de Beauvais par les ordres de Guillaume de Hellande », Mémoires de la Société académique d’archéologie, des sciences et arts du département de l’Oise, 1855, p. 321-328.
  • Pierrette BONNET-LABORDERIE, « Les tapisseries de la cathédrale de Beauvais », Bulletin du GEMOB, 14-15, 1982.
  • Fabienne JOUBERT, Musée national du Moyen Âge-thermes de Cluny, la tapisserie médiévale, Paris, 2002 (édition consultée), p. 17-35.
  • Marie-Hélène BERSANI, Jean-Pierre SAMOYAULT et Colombe SAMOYAULT-VERLET, Les tapisseries de la cathédrale de Beauvais, Paris, 2002 (catalogue d’exposition Beauvais, galerie nationale de la Tapisserie, juin-septembre 2002).
  • Laura WEIGERT, Weaving Sacred Stories: French choir tapestries and the Performance of Clerical Identity, Ithaca et Londres, 2004, p. 149-152.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Béatrice de Chancel-Bardelot (19 juin 2023). Une inscription rejoint au musée de Cluny la 5e pièce de la tenture de chœur de la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais. La chronique du musée de Cluny. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rp6y


Béatrice de Chancel-Bardelot

Archiviste paléographe (promotion 1986) Conservateur du patrimoine (Etat) depuis 1988 Pensionnaire à l'INHA (2010-2014) Conservatrice générale depuis 2016 Conservatrice des tapisseries, musée de Cluny, Paris, depuis 2014

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search