Christ crucifié

© Stuart Lochhead Sculpture

Giovanni Pisano (Pise, v. 1250 – ?, après 1314)
Christ crucifié
Toscane, vers 1270-1280

Ivoire d’éléphant, traces de dorure
H. : 21,5 ; L. : 6,3 ; Pr. : 4,2 cm

Coll. Alberto Colli, Suisse, années 1960 ; coll. particulière, Londres, 2018
Œuvre d’intérêt patrimonial majeur acquise en 2023
musée de Cluny – musée national du Moyen Âge, Cl. 23976

Cette précieuse statuette représente le Christ agonisant sur la croix (disparue), les yeux ouverts sous des arcades sourcilières contractées par la souffrance. Son expression douloureuse est accentuée par la bouche entrouverte qui laisse voir ses dents. Dans une attitude de résignation et d’abandon, sa tête est complètement tournée vers son épaule droite, si bien qu’il présente son profil gauche au spectateur. Cette position déjetée met en valeur le mouvement de la chevelure, où la couronne d’épines n’est pas figurée à dessein : une mèche creusée de profonds sillons s’enroule autour de l’oreille dans une ample et puissante torsade, dégageant ainsi le visage. En contrepoint de la torsion du cou, les épaules sont parcourues par les diagonales parallèles des clavicules et des pectoraux, qui suggèrent que les bras, autrefois chevillés et aujourd’hui perdus, étaient cloués à une croix en forme de Y, également disparue. Le périzonium forme un ample pan triangulaire qui retombe à senestre jusqu’à mi-cuisse, structuré par une succession de profonds plis en bec. Dessous, les jambes sont brisées au niveau des genoux. Elles étaient orientées à l’opposé de la tête, écartant le corps du montant de la croix dans une posture arquée dynamique.

En dépit de la disparition de ses membres, cette petite sculpture d’ivoire conserve une puissance plastique et émotionnelle dont on ne connaît pas d’équivalent dans le corpus restreint des Christ d’ivoire. L’étude technique confiée à Juliette Lévy-Hinstin a montré que l’ivoirier a exploité le matériau en parfaite adéquation avec les effets recherchés. Des traces de dorure subsistent en bordure du périzonium, de même que le « fantôme » d’une double ligne formant galon. Peut-être les cheveux et la barbe étaient-ils également dorés, selon la conception la plus répandue de la polychromie partielle.

© Stuart Lochhead Sculpture

La recherche de réalisme et la sensibilité expressive de la statuette, tempérés par une discrète idéalisation gothique perceptible dans le dessin ondoyant des cheveux et dans le système de plis codifié du périzonium, ont conduit Max Seidel à attribuer ce Christ au jeune Giovanni Pisano, vers 1270. Cette hypothèse est renforcée par la dimension polyvalente de l’artiste, auteur vers 1298 d’un opus heburneum (retable d’ivoire orné de scènes de la Passion) destiné à orner le maître-autel de la cathédrale de Pise, dont il subsiste la grande Vierge à l’Enfant (Museo dell’Opera del Duomo de Pise). Surtout, l’attribution se fonde sur des comparaisons précises avec les Christ en croix en bois polychromé des musées de l’Œuvre des cathédrales de Pise (vers 1280) et de Sienne (période siennoise documentée de 1284-1297), attribués à la première période créatrice du sculpteur.

Ce Christ d’ivoire, la première œuvre attribuée à Giovanni Pisano à entrer dans les collections publiques françaises, apporte au musée de Cluny un éclairage éloquent sur la réception en Italie de la création gothique française et illustre la position ambivalente de ce génie créateur, faite d’appropriation et d’indépendance, vis-à-vis de son référent ultramontain. Classé Œuvre d’intérêt patrimonial majeur par le ministère de la Culture en 2021, il a pu être acquis fin janvier 2023 grâce à la générosité de mécènes, dont certains ont souhaité rester anonymes, d’une campagne de souscription portée par la société des Amis du musée de Cluny, à laquelle 243 particuliers ont contribué, du Fonds du Patrimoine et des ressources propres du musée de Cluny.

Il est actuellement visible dans l’exposition d’actualité «Acquisitions récentes 2017-2022» jusqu’au 25 juin 2023. Il bénéficiera ensuite d’un nettoyage léger, avant de trouver sa place définitive dans le parcours des collections (salle 11 dévolue aux arts en Italie aux XIIIe et XIVe siècles).

Bibliographie

  • Max SEIDEL, « Opus heburneum. Die Entdeckung einer Elfenbeinskulptur von Giovanni Pisano », Pantheon, 42, 1984, pp. 219-229 (trad. anglaise : Max SEIDEL, « Opus heburneum. The discovery of an ivory sculpture by Giovanni Pisano », Italian Art of the Middle Ages and the Renaissance, vol. 2: Architecture and Sculpture, Venise, 2005, p. 389-406). (Disponible à la bibliothèque du musée de Cluny, 4 1456 (1).)
  • Max SEIDEL, Padre e Figlio. Nicola e Giovanni Pisano, Venise, 2012 (Collana del Kunsthistorisches Institut in Florence, Max-Planck Institut, XV), vol. 1, p. 349 ; vol. 2, fig. 37, 38 et 40 (trad. anglaise : Father and Son. Nicola and Giovanni Pisano, Munich, 2012, vol. 1, p. 349 ; vol. 2, fig. 37, 38 et 40).
  • Clario DI FABIO, « Formazione e prima attività (1265 circa-1284) », Giovanni Pisano (Art e Dossier), 2020, p. 8-20. (Disponible à la bibliothèque du musée de Cluny, 8 1965.)

En savoir plus sur l’acquisition



Citer ce billet
Damien Berné (2023, 6 avril). Christ crucifié. La chronique du musée de Cluny. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rp6t

Damien Berné

Damien Berné est conservateur du patrimoine, chargé depuis 2011 de la collection de sculptures médiévales (pierre, bois, mais aussi ivoire et os) du musée de Cluny. Archiviste paléographe et titulaire d’un doctorat en Histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge, il a assuré le commissariat de plusieurs expositions dans ce domaine, parmi lesquelles « Cluny 1120. Au seuil de la Maior Ecclesia » (2012) sur le grand portail de Cluny III, « Sculptures souabes de la fin du Moyen Âge » (2015) ou « Naissance de la sculpture gothique. Saint-Denis, Paris, Chartres 1135-1150 » (2018).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search