Musée de Cluny, histoire d’architecture 1820 – 2020.

« Lorsque les deux monuments, débarrassés de tous les objets qui l’encombraient – à l’exception de la collection de Alexandre Du Sommerard qui fut soigneusement protégée, – lui furent livrés il songea tout d’abord à consolider les parties qui menaçaient ruine et à restaurer celles qui avaient été dégradées par les locataires peu respectueux ; il remit, autant que possible, dans leur état primitif les salles de l’hôtel de Cluny, s’assura de l’état des constructions du palais des Thermes, et, au moyen d’une ouverture pratiquée dans une muraille dont il sut ne pas compromettre la solidité, il établit entre les deux monuments une communication dont la place a été si habilement choisie qu’aujourd’hui où le temps a effacé la trace des raccords indispensables on est tenté de se demander si ces deux monuments n’ont pas été depuis le XVe siècle réunis l’un à l’autre. »

Georges Duplessis,  Notice sur M. Albert Lenoir, lue le samedi 14 novembre 1891.

Installer une vitrine-table de Pecquereau dessinée par Albert Lenoir dans une vitrine, surmontée d’un tableau de Giraud représentant cette même vitrine, voilà ce en quoi l’exercice de l’exposition est singulier et difficilement transposable à toute autre forme de récit. © Alexis Paoli, OPPIC

L’exposition est une formule narrative qui dispose une série d’œuvres selon un ordre précis dans un espace particulier offert à la déambulation. Une fois qu’elle a été démontée, il n’en reste trace que dans les vécus des visiteurs individuels qui l’ont parcourue. Ce souvenir s’ancre plus ou moins profondément dans leur mémoire selon divers facteurs émotionnels ou cognitifs, mais il tend à la fugacité, l’imprécision quand ce n’est pas à l’oubli total, d’autant plus lorsqu’un catalogue n’est pas produit. C’est le cas de l’exposition qui a accompagné la réouverture du musée de Cluny au terme de la rénovation de son parcours muséographique. Elle s’est tenue du 12 mai 2022, date de la réouverture, au 18 septembre 2022 dans la salle d’exposition temporaire du bâtiment d’accueil et a été consacrée aux deux siècles qui ont vu se transformer le site du musée. Outre les œuvres et objets tous issus du fonds du musée (ou de dépôts permanents), un dispositif de projection sur une maquette en blanc de la parcelle a été créé pour permettre de comprendre la mutation de ce quartier de Paris, éclairant la redécouverte des monuments antiques puis médiévaux, la purge de la parcelle, la création du musée au milieu du XIXe siècle et son évolution jusqu’au début du XXIe siècle. Si cette installation dynamique n’est pour le moment plus montrée au public, la plupart des œuvres qui composaient l’exposition sont redéployées dans le café des amis, selon un ordre bien sûr différent.

NB : Les titres se réfèrent aux emplacements sur le plan (nord en haut)

© Alexis Paoli, OPPIC

Quelle singulière surprise pour le promeneur parisien que de se retrouver en plein cœur du Quartier Latin face à un îlot de vacuité d’où émergent des ruines et des constructions d’un autre temps. L’amateur de patrimoine aura sans doute reconnu dans l’alternance de briques et de pierres la manière de construire que le monde romain a diffusée dans son empire. Il se sera également demandé ce que cette demeure gothique accolée pouvait être, tant l’association de ces bâtiments contraste avec la régularité haussmannienne du reste de la ville.  Ce sont pourtant deux millénaires d’histoire urbaine qui se déploient au sein d’une parcelle close de grilles et dont le musée de Cluny est à la fois le cœur et la raison d’être. Cette exposition, élaborée avec le seul fonds du musée, se propose d’expliquer la séquence de deux siècles, des premiers frémissements du regain d’intérêt pour l’Antiquité à la construction du nouveau bâtiment d’accueil, qui a vu se transformer le tissu urbain et fait naître cette entité patrimoniale unique au monde. La projection sur la maquette du site, tel qu’il est à l’heure actuelle, développe la chronologie des événements en écho à la présentation thématique d’œuvres et d’objets parfois plus modestes qui racontent cette histoire architecturale.

Alexandre Du Sommerard

« Cet hôtel se trouvait livré […] aux relations purement commerciales, lorsqu’en 1832 la fantaisie d’un amateur, collecteur depuis longtemps d’objets d’art d’époques analogues à celle de la construction de l’hôtel, lui suggéra l’idée d’ajouter à l’effet de sa collection par l’harmonie du cadre ». Ainsi Alexandre Du Sommerard, conseiller à la Cour des comptes et collectionneur, explique-t-il le choix de son installation dans une partie de l’ancienne demeure des abbés de Cluny.  De son emménagement à sa mort en 1842, son appartement totalement rempli de ses objets, reçut de nombreux visiteurs qui tous s’émerveillèrent de sa collection. Le rachat de cette dernière à sa veuve ainsi que le remembrement du foncier fût à l’origine de la création du musée en 1844.

Le goût pour l’Antique

Bien que le frigidarium, sous les appellations de Palais de Julien ou Palais des thermes, fut connu de tout temps au point de continuer à figurer sur la plupart des plans de Paris de l’Ancien régime, il n’en demeurait pas moins accessible aux seuls amateurs déterminés à traverser des arrière cours pour le visiter. Sous la Restauration, l’émergence d’un goût pour l’Antiquité est à l’origine d’une première intervention d’urbanisme destinée à en faciliter l’accès. La maison donnant sur la rue de la Harpe (actuel boulevard Saint Michel) est ainsi démolie, révélant les trois murs subsistant du caldarium ainsi que la façade occidentale du frigidarium. Dans un même mouvement, les terres de l’ancien jardin suspendu médiéval établi sur ses voûtes sont enlevées et une toiture est édifiée par Godde. Peu de temps après le mur est du frigidarium est percé pour mettre en relation les vestiges antiques et l’hôtel médiéval. L’axe fondateur ouest-est du futur musée était ainsi tracé.

Anonyme (Cercle d’Hubert Robert) Vue intérieure du Frigidarium. Paris, 4e quart du XVIIIe siècle. Huile sur papier marouflé sur toile, (MC Cl. 23421).
Le frigidarium (pièce froide) des thermes de Lutèce n’était connu au XVIIIe siècle que par des amateurs éclairés. L’artiste, de la mouvance d’Hubert Robert, atteste d’un goût pour l’antique qui existe depuis le XVIe siècle en Europe, dans un style qui fait écho au goût de Piranèse.
La restauration de l’hôtel

L’architecte Albert Lenoir (1801-1891), a proposé en 1833 un projet de Musée d’art français qui aurait succédé au musée des Monuments français, fermé en 1816, fondé par son père Alexandre Lenoir. Si le projet qui devait réunir les thermes, l’hôtel médiéval des abbés de Cluny et le couvent des Mathurins, unique succession chronologique de monuments de l’Antiquité à la période classique, ne vit pas le jour, il lui permit d’obtenir la charge des thermes en 1838 puis de l’hôtel médiéval. Son intervention fut exhaustive : dégagement de la parcelle, restauration des thermes et de l’hôtel, aménagement du musée, création des façades du front nord, clôture. Chaque fois qu’il le put il s’appuya sur des vestiges, parfois infimes, pour restituer des dispositions médiévales (crénelage, balustrade, sculpture), rendit ses créations identifiables lorsqu’elles ne pouvaient se fonder sur aucune matérialité subsistante (second œuvre, percements intérieurs) et s’employa à sauver le moindre fragment de substance historique encore en place.

Henri Edouard Truchot (1798-1822). Vue de la cour de l’hôtel de Cluny. Paris, v. 1820-22, huile sur toile, Cl. 23879. Pendant que les thermes de Lutèce sont peu à peu dégagés, l’hôtel médiéval de Cluny reste dans un piètre état : environné, comme les thermes, par de petites constructions, il est lui-même divisé en une multitude de logements populaires et d’ateliers.
Les interventions du XXe et XXIe siècles

Le XIXe siècle a généré un premier mouvement de purge des constructions jugées indignes des bâtiments antiques et médiévaux, mettant en œuvre un principe patrimonial que le service des Monuments historiques allait théoriser (les abords) et généraliser à la France entière. Des opérations de sculpture architecturale ont été réalisées pour unifier et combler les vides résultants, mais seul un bâtiment a vraiment été construit à la fin du XIXe siècle par Paul Boeswillwald (pour accueillir une collection de carrosses aujourd’hui présentés au château de Compiègne). Le XXe siècle s’est contenté de transformer une des salles aménagées au XIXe siècle pour accueillir les sculptures de Notre-Dame découvertes en 1977 et le XXIe siècle a vu l’érection d’un pavillon d’accueil, dessiné par Bernard Desmoulin. En considérant le temps long de la ville, une lente pulsation apparaît. A l’occupation saturée durant près de deux millénaires a succédé une phase de vacuité, que, par petites touches, les époques les plus récentes contribuent à remplir à nouveau. Ainsi en est-il du cycle urbain.

 
Le jardin et architecture

Édifié dans un contexte urbain dense et congestionné, bloqué à l’ouest par les vestiges antiques, au sud par la rue, il ne restait que peu de possibilités à l’hôtel des abbés de Cluny pour déployer son plan. Le maître d’œuvre, hélas demeuré inconnu, a su transformer ces contraintes pour établir des jardins suspendus sur les voûtes de deux salles antiques, tandis qu’il réalisait un petit jardin de plain-pied à l’arrière du corps de logis. Ce tracé trapézoïdal irrégulier a subsisté depuis le XVe siècle, en dépit des transformations du tissu urbain et de la création d’un jardin romantique sous le Second Empire. Ce n’est que depuis l’an 2000 qu’il n’est plus lisible, absorbé et effacé dans un projet de jardin contemporain d’inspiration médiévale.

Muséographie

La restauration de l’hôtel de Cluny par Albert Lenoir, travaillant de concert à partir de 1844 avec Edmond Du Sommerard, fils d’Alexandre et premier conservateur du musée issu de la collection de son père, a été totale et complète. Le clos et le couvert ont fait l’objet des mêmes soins attentifs que les indispensables aménagements de l’établissement muséal. Albert Lenoir a dessiné les vitraux en y incluant des œuvres de la collection, les bancs pour les visiteurs, les vitrines, les socles de certaines sculptures, les revêtements de sol, il a adapté des portes médiévales et un escalier Renaissance aux circulations de l’hôtel, il a défini une ambiance colorée pour les murs. Cette manière de conduire la restauration et l’aménagement d’un musée restera un exemple à jamais.

Bibliographie

Alexandre DU SOMMERARD, Notice sur l’hôtel de Cluny et le palais des thermes, Paris, 1834.

Michel HUYNH, « La chapelle de l’hôtel de Cluny après le XVIe siècle », dans L’Art des frères d’Amboise, les chapelles de l’hôtel de Cluny et du château de Gaillon, Paris, RMN, 2007.

Michel HUYNH, « Albert Lenoir et le musée de Cluny : entre héritage et innovation (1838-1884) », dans Un musée révolutionnaire : le musée des Monuments français d’Alexandre Lenoir, Paris, éditions du musée du Louvre, 2016, p. 292-301.

Charles LENORMAND, L’hôtel de Cluny, Paris, A. Levy, 1888.

Hervé ROBERT, « Contribution à l’histoire de la sauvegarde des thermes et l’hôtel de Cluny (1789-1848) », dans Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot, n°87, 2008, p. 173-215.

Élisabeth TABURET-DELAHAYE et Michel HUYNH, Musée de Cluny. Architectures, éditions de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais-musée de Cluny, Paris, 2022.

© Alexis Paoli, OPPIC

EN SAVOIR PLUS



Citer ce billet
Michel Huynh (2023, 9 mai). Musée de Cluny, histoire d’architecture 1820 – 2020. La chronique du musée de Cluny. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rp6w

Michel Huynh

Né à Obernai (67), date et lieu de décès non encore déterminés.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search