Conférence au Palazzo Madama – Museo Civico d’Arte Antica de Turin : « L’art de la broderie au Moyen Âge (XII-XVe siècle) »

La broderie est omniprésente dans la vie quotidienne des populations médiévales, qu’elles soient riches ou pauvres. Les broderies de soie, d’or et d’argent, qui faisaient partie des arts précieux, étaient des pièces luxueuses et réputées.

Cette conférence prononcée en italien entre dans le cadre du réseau européen des musées d’art médiéval, dont le musée de Cluny et le Palazzo Madama sont tous deux membres, et fait suite à l’exposition présentée au musée de Cluny d’octobre 2019 à janvier 2020 et intitulée « L’art en broderie au Moyen Âge. Autour des collections du musée de Cluny. »

La conférence s’attache d’abord à définir la broderie : il s’agit d’un décor textile ou métallique effectué sur une étoffe déjà tissée. La broderie est en quelque sorte une « peinture à l’aiguille », car elle consiste à créer des images à l’aide d’une aiguille. Elle ne doit pas être confondue avec les tissus brochés, les tapisseries ou la dentelle. En effet, en dépit de la multiplication des études et des expositions récentes, la broderie reste mal connue.

Et pourtant les sources sont nombreuses, qu’elles soient textuelles (inventaires, comptes, contrats, statuts de métiers) ou iconographiques (peinture, tapisserie, sculptures) : la conférence brosse un panorama de ces sources et de la typologie des pièces brodées.

Elle s’attache ensuite aux brodeurs, aux cadres de l’exercice de leur activité : broderie domestique, très répandue mais dont il ne reste quasiment rien aujourd’hui ; les pièces parvenues jusqu’à nous ont été réalisées dans le cadre de la broderie professionnelle, qu’il s’agisse des productions des ateliers urbains ou monastiques ou du travail des brodeurs de cour.

Les matériaux et techniques de la broderie sont ensuite analysés : la broderie comme art somptuaire utilise principalement les fils de soie et les filés d’or et d’argent, avec des techniques variées et parfois très élaborées comme l’or nué ou la broderie en relief. Si bien que certaines pièces brodées étaient qualifiées de « peinture à l’aiguille », car elles avaient un rendu pictural.

Panneau cintré du cycle de Saint-Martin, Cl. 23424
© RMN-Grand Palais (musée de Cluny, musée
national du Moyen Âge) / Thierry Ollivier

Enfin, la conférence étudie les relations entre brodeurs et peintres. La broderie s’effectue à partir d’un dessin préparatoire qui peut être créé par le brodeur ou par un dessinateur qui travaille dans l’atelier du brodeur, lesquels utilisent volontiers des livres de modèles souvent élaborés à partir de sources picturales, ou par un peintre. C’est une des facettes du travail des peintres que de produire des dessins pour d’autres arts, qu’il s’agisse de la broderie, de la tapisserie ou des vitraux. Par exemple, les panneaux cintrés du cycle de saint Martin appartenant à une « chapelle » commandée par René d’Anjou, ont été brodés vers 1440-1445 par Pierre du Billant, brodeur en titre du « Roi René », sur des dessins de Barthélémy d’Eyck, dont il était d’ailleurs le beau-père. Car les relations entre peintres et brodeurs sont à la fois professionnelles, amicales et familiales. Dans certaines villes, peintres et brodeurs appartiennent à la même association de métiers, et certains peintres ont d’abord été brodeurs. Ces deux arts sont distincts mais très proches, et la broderie est vraiment un art de la « peinture à l’aiguille ».

Pièces présentées lors de la conférence par Christine Descatoire

Antependium : figures de saints, Cl. 11995 © RMN-Grand Palais (musée de Cluny, musée
national du Moyen Âge) / Gérard Blot

Bibliographie

  • Marie SCHUETTE et Sigrid F. MÜELLER-CHRISTENSEN, La broderie, Paris, 1963. (Disponible à la bibliothèque du musée de Cluny, USUEL O 1.)
  • Clare BROWNE, Glyn DAVIES, M.A. MICHAEL dir., English medieval embroidery: Opus anglicanum, Victoria and Albert Museum (1er octobre 2016 – 5 février 2017) – New Haven, Londres, 2016. (Disponible à la bibliothèque du musée de Cluny, 4 Y 2016 (20).)
  • Laura DAL PRA, Marina CARMIGNANI, Paolo PERI dir., Fili d’oro e dipinti di seta. Velluti e ricami tra Gotico e Rinascimento, Castello del Buonconsiglio, 13 juillet – 3 novembre 2019, éd. 2019. (Disponible à la bibliothèque du musée de Cluny, 4 Y 2019 (17).)
  • Christine DESCATOIRE dir., L’art en broderie au Moyen Âge. Autour des collections du musée de Cluny, 24 octobre 2019 – 20 janvier 2020, Paris 2019. (Disponible à la bibliothèque du musée de Cluny, USUEL A 3 (32).)


Citer ce billet
Christine Descatoire (2023, 31 mars). Conférence au Palazzo Madama – Museo Civico d’Arte Antica de Turin : « L’art de la broderie au Moyen Âge (XII-XVe siècle) ». La chronique du musée de Cluny. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rp6s

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search