Le maître écrivain et ses instruments : traces poétiques (deuxième moitié du XVIe siècle)

Rondelet, Guillaume (1507-1566), Histoire entière des poissons, Edition : A Lion, par Mace Bonhome a la Masse d'or. M. D. LVIII. Avec privilege du Roy pour douze ans. 1558, pp. 369-370.

par Audrey Duru, professeure de Littérature française (XVIe siècle), Université de Picardie, UR TrAme

À l’âge de l’imprimerie, des poèmes font du matériel d’écriture un objet digne de poésie et de publication. Au milieu du XVIe siècle, une telle valorisation par l’écriture, la composition et la publication est particulièrement le fait de maîtres écrivains de Paris. Ces maîtres écrivains sont des copistes et professeurs d’écriture : les historiens ont étudié leur établissement en corporation par le roi Charles IX en 1570, associé à l’octroi de privilèges. Par leurs vers, ils donnent une représentation de leur profession et de leur savoir : de quoi cette opération de mise en vers et de publication de leurs instruments d’écriture témoigne-t-elle exactement ?

Dinah Ribard, dans Le Menuisier de Nevers. Poésie ouvrière, fait littéraire et classes sociales (17e-19e s.), montre que la littérature a donné une voix aux ouvriers, en créant la poésie ouvrière, et cela dès le « menuisier de Nevers » Adam Billaud au XVIIe siècle, mais qu’elle a aussi privé les artisans ouvriers d’un savoir, qui est en réalité celui de l’écriture dont témoigne leur production de poèmes sur la longue durée. En somme, l’écriture, par la poésie, fait partie de l’histoire du travail ouvrier mais la poésie des artisans d’avant la littérature a été affectée négativement par cette dernière. Nous proposons un aperçu sur la façon dont, au XVIe siècle encore, la poésie a au contraire su lier sa représentation d’elle-même comme art ou artisanat avec la publicité d’un métier, celui d’écrivain, par l’intermédiaire des mots de l’outillage.

***

Que la poésie savante ne soit pas réfractaire à l’évocation des objets et des gestes de l’artisan, au XVIe siècle, apparaît dans la Sepmaine de G. S. Du Bartas (1578 et rééd.). Ce dernier permet d’interroger l’éventuelle spécificité, que discernerait le poète, du matériel d’écriture au sein des outils que manient les artisans. Alors qu’au cinquième jour de la création, le poète plonge explorer les fonds marins, il rapporte un butin fait de choses et de mots. Par analogie, dans l’unité du cosmos, de même que Dieu a créé des formes sous l’eau, de même sur terre l’homme a façonné ses outils :

Esprits vraiment divins, à qui les premiers âges

Doivent l’invention des plus subtils ouvrages,

N’a-vous pris le patron de vos meilleurs outils

Dans le flottant giron de la perse Thétis ?

Qui tantôt dans les flots, ore contre des roches

Produit fécondément des aiguilles, des broches,

Des pennaches, des coins, des pinceaux, des marteaux,

Des tuyaux, des cornets, des rasoirs, des couteaux,

Des scies et des jougs, et, comme si Neptune,

Panopæé, Triton, Leucothée et Portune,

Tenaient registre ouvert, Nature fit sous l’eau

Des calamars garnis d’encre, plume et couteau[1].

La pêche poétique rapporte donc à la fois des créatures aquatiques et des instruments d’artisan : cornet ou encornet, marteau ou requin marteau, scie ou poisson scie, etc. Dans l’extrait, la dernière occurrence de ce procédé de remotivation lexicale concerne le « calamar ». Le nom de ce crustacé fait entendre le latin calamus ou même le français calame, soit le roseau pour écrire. Calamar ou calmar est emprunté au mot latin qui signifie « boîtier pour ranger les calames, les roseaux à écrire ». Certaines descriptions font même du calamar une écritoire tout équipée, comme chez Guillaume Rondelet :

Teuthos, en Latin Loligo magna, en Languedoc Calamar, pour la similitude qu’il a avec une écritoire, parce que l’on trouve au dedans ce qui est nécessaire pour écrire, l’encre et un petit couteau lequel d’une part ressemble à un tranche-plume, de l’autre au bout d’une plume pour écrire[2].

Surface et instrument, le calamar hésite entre l’animal et l’objet, entre l’être naturel et l’artefact humain. Il y a dans le fond marin le nécessaire portatif à écriture et différentes déités marines « tiennent registre ouvert » : l’image est une variation sur le « livre de la création » qui s’écrit grâce au calmar.

Chez Du Bartas, l’activité d’écriture manuscrite est située à sa place d’activité artisanale et légitimée en tant qu’élément d’un mouvement de genèse. Dans cet univers d’outils contondants et tranchants, faut-il entendre que le copiste, comme tout artisan, risque aussi l’accident du travail par l’entaille ? Le copiste est bien un artisan et, dans la mesure où les poètes sont des artisans, les artisans peuvent être poètes.

***

S’il existe en effet une catégorie de professionnels qui écrit des vers sur son travail, c’est celle des copistes ou « maîtres écrivains ». Pierre Habert († 1597) en est une figure avec son cycle de quatrains intitulés « L’instruction et secrets de l’art d’écriture » paru en 1571[3]. Il est lui-même une plume qui décline ses compétences calligraphiques au fil de sa vie : écrivain grammairien auteur de manuels pédagogiques dans les années 1550 ; littérateur et calligraphe à partir de 1568 puis comptable « suivant les finances du roi » ; en 1578 enfin, officier du roi, secrétaire de la chambre et des finances, notant sous la dictée de Henri III.

Cette publication de 1571 accompagnerait-elle le changement de statut des maîtres écrivains de Paris ? En octobre 1570, ces derniers ont reçu du roi des lettres patentes qui les réunissent en corporation et qui accordent aux maîtres jurés de Paris deux monopoles : l’exclusivité de l’enseignement de l’écriture ; l’expertise en justice de l’authenticité des écritures et des contrefaçons éventuelles de signature, par exemple. Toutefois, P. Habert lui-même ne le mentionne pas et ne signe d’ailleurs plus « écrivain ». Nous suggérons néanmoins qu’il contribue à donner à l’écrivain parisien une place dans l’État royal.

Les quatrains de P. Habert condensent une pratique de l’écriture et un usage de ses instruments. L’espace du travail se répartit selon des catégories tactiles : elles opposent le ferme (un « cornet de plomb », un « canivet »), le souple (du « papier net » ou « un vieil parchemin », un « coton »), le liquide (l’encre « claire et courante », de la « gomme arabique » ou du « vin »), le poudreux (le « vernis »). L’évocation de l’écriture oscille entre un plaisir tactile et la satisfaction morale d’une maîtrise des objets. P. Habert propose une éducation du toucher et du tact. Les prescriptions reposent sur l’usage d’adjectifs et d’adverbes nombreux qui indiquent l’importance de la manière dans le geste. On glisse fréquemment du lexique esthétique au lexique moral :

Si tu requiers écrire honnêtement,

Ton papier droit incessamment tiendras,

Le corps aussi, la tête mêmement,

Ce sont les points que toujours gardera[4].

Le souci de propreté s’étend du bec de la plume au corps du scribe, lorsqu’il s’agit de « gouverner son coton ». Les exemples transforment les incitations à l’écriture en traité de civilité.

Dans l’histoire littéraire, ce type de quatrains a été versé au compte de la poésie didactique, dans la tradition du pédagogue poète. Les quatrains de P. Habert sur les « secrets » ou recettes du copiste invitent à en faire pleinement une production d’artisan, à l’époque où les ouvriers peuvent être poètes et maîtriser les outils que sont tant les objets que les mots.

***

D’autres maîtres écrivains parisiens font paraître des vers au milieu du XVIe siècle, avec l’appui des imprimeurs. Leurs poèmes diffusent des préceptes techniques de l’activité graphique : ils associent la pratique de la plume avec une certaine mesure ou retenue physique. Moralement, l’écriture est une école de propreté mais aussi de bonne tenue, de civilité, voire d’honnêteté en ce sens. On aimerait pouvoir établir un lien entre le monopole d’expertise juridique qu’ont reçu les écrivains de Paris et leurs écrits. Enfin, ces poèmes et ces mentions de matériel d’écriture ont un caractère publicitaire. Les techniques d’écriture sont publiées pour que des patrons identifient un besoin d’écriture et leur besoin d’écrivain. Terminons sur le fait que l’on connaît leurs recueils d’exemples manuscrits ou imprimés, à l’imitation des écrivains italiens[5]. Le fait de publier des poèmes paraît cependant spécifique aux écrivains parisiens.

BIBLIOGRAPHIE

Corpus primaire

DU BARTAS, Guillaume Salluste, La Sepmaine, éd. sous la direction de J. Céard, Paris, Classiques Garnier, 2011.

HABERT, Pierre, Le chemin de bien vivre et miroir de vertu, Contenant plusieurs belles histoires, & sentences moralles, par quatrains & distiques, le tout par Alphabet Avec le Stille de composer toutes sortes de lettres missives, quittances & promesses. La ponctuation & accent de la langue Françoise. L’instruction & secrets de l’art d’escripture. Propre pour tous peres de familles, Escrivains, & precepteurs de la Jeunesse. Reveu & augmenté de nouveau par l’Autheur,Paris, Cl. Micard, 1572. [1re éd. probablement en 1571 d’après un exemplaire conservé par la British Library, non consulté]

RONDELET, Guillaume, La premiere partie de l’Histoire entiere des poissons, Lyon, M. Bonhome, 1558. Exemplaire numérisé : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b86261840

Corpus secondaire

« Calligraphy books », <http://french.newberry.t-pen.org/www/calligraphy.html>, consultée le 04/06/2024

AUDISIO, Gabriel et RAMBAUD, Isabelle, « Chapitre 5. L’art de l’écriture, un succès d’imprimerie ? », in Lire le français d’hier : manuel de paléographie moderne, XVe-XVIIIe siècle, Paris, A. Colin, 1re éd : 1991, éd. citée : 2023, p. 48‑60.

GUMBERT, Jean-Pierre, « Les outils du copiste », Gazette du livre médiéval, no 32, Printemps 1998, p. 1-7. DOI : https://doi.org/10.3406/galim.1998.1402

HÉBRARD, Jean, « Des écritures exemplaires : l’art du maître écrivain en France entre XVIe et XVIIIe siècle », Mélanges de l’école française de Rome. Italie et Méditerranée, vol. 107 / 2, 1995, p. 473‑523. DOI : doi : https://doi.org/10.3406/mefr.1995.4394

MÉTAYER, Christine, « De l’école au palais de justice  : l’itinéraire singulier des maîtres écrivains de Paris (XVIe-XVIIIe siècles) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, vol. 45 / 5, 1990, p. 1217‑1237. DOI : https://doi.org/10.3406/ahess.1990.278899

RIBARD Dinah, Le Menuisier de Nevers. Poésie ouvrière, fait littéraire et classes sociales (17e-19e s.), Paris, EHESS-Gallimard-Seuil, 2023.


[1] DU BARTAS Guillaume Salluste, La Sepmaine, dir. J. Céard, éd. J.-Cl. Ternaux, Paris, Classiques Garnier, 2011, V, v. 35-58 p. 258-261. Graphie modernisée.

[2] RONDELET, Guillaume, L’Histoire entiere des poissons, Lyon, M. Bonhome, 1558, l. XVII, chap. 3, p. 369-370.

[3] HABERT, Pierre, Le Chemin de bien vivre et miroir de vertu […], Paris, Cl. Micard, 1571 (éd. consultée : 1572).

[4] Ibid., « De contenir sa personne et le papier quand l’on écrit », fol. 106r-v.

[5] Des recueils sont numérisés sur la page « Calligraphy books », <http://french.newberry.t-pen.org/www/calligraphy.html>, consultée le 04/06/2024.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Audrey Duru (12 juin 2024). Le maître écrivain et ses instruments : traces poétiques (deuxième moitié du XVIe siècle). La chronique du musée de Cluny. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vbx


Audrey Duru

Professeure de littérature française (XVIe siècle) Université de Picardie-Jules Verne UR 4284 TrAme

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search