Targes et pavois*

Targes et pavois sont des armes défensives qui ne sauraient se réduire à la simple appellation de bouclier. Froissart, dans ses Chroniques (XVème siècle), décrit ainsi un chevalier, “Guy de Gauville, monté sur fleur de coursier, la targe au col et le glaive au poing !”, mais il oppose également, dans la narration des préparatifs d’un tournois, “targes de guerre” et “écus de paix”. Quant à l’anonyme auteur du Mystère du siège d’Orléans (1439), il dépeint une troupe de soldats qui “ont lances, vouges, pavast, et sont une grosse puissance garniz d’arbalestes et ars”, alors que dans les Mémoires de Philippe de Commines (1523), d’autres “gaignerent une maison, prindrent deux ou trois huys, et s’en servirent de pavoys“. Enfin, en situation de siège, “les murs de la ville et les tours étoient pavoisés de tapis mouillés pour résister contre le trait” (Froissart, op. cit.).

A quelle réalité matérielle correspondent donc les termes de targe et de pavois, dont, durant le Moyen Âge, la désignation a souvent été fluctuante, pour se fixer ensuite dans la lexicologie ? La targe est en fait un bouclier léger, maniable tout en étant extrêmement résistant, porté généralement par le cavalier. Le pavois, de plus grande dimension, est porté par le fantassin, appelé parfois “pavescheur “.


Rentrée au musée dans le milieu du XIXème siècle, la collection de neuf targes et pavois du musée national du Moyen Âge est le plus important ensemble de ce type d’objets en France. Elle est en outre parfaitement représentative de la diversité des formes et des usages qui caractérise ces boucliers.


Goliath en armure fait face à David sur le pavois Cl. 2381 dont l’iconographie rappelle notamment le contexte des guerres hussites qui ont marqué la Bohème durant le premier tiers du XVème siècle. Ce pavois, autrefois plus grand avant d’être amputé à une date inconnue de sa partie inférieure, avait pour fonction de protéger le fantassin lors des charges ennemies comme l’arbalétrier durant le temps de rechargement de son arme.

Pavois : David et Goliath. Bohème, fin XVème, RmnGp – musée de Cluny, Cl. 2381.


Également originaire de Bohème, la targe Cl. 1956 figurant saint Georges et le dragon porte les armes de la commune de Zwickau (de gueules à trois cygnes d’argent 2 et 1) révélées par une restauration récente. Il s’agit d’un bouclier – de cavalier ou de fantassin combattant à l’épée. Elle se rattache au groupe de pavois commandés en 1441 par le conseil municipal de Zwickau à un atelier de Chomutov (République tchèque), ville voisine de quelques lieues.

Particulièrement colorée, la targe à pois Cl. 2384 a la forme singulière asymétrique des targes de type hongrois, portées par la cavalerie hongroise, polonaise mais aussi turque. Ce bouclier enveloppant remonte sur l’arrière pour protéger le tête et la nuque.

Targe hongroise à décor de ronds noirs et rouges, musée de Cluny / Michel Urtado, Cl. 2384.

Certaines de ces targes possédaient également, à l’instar par exemple de celles visibles sur la tenture de La Dame à la Licorne (Cl. 10835), une encoche destinée à maintenir fermement la lance lors de la charge.

Tenture de la Dame à la Licorne : le Toucher, RmnGp – musée de Cluny / Franck Raux, Cl. 10835.


Alors que les formes et les usages sont différents, la structure des targes et des pavois est pourtant identique. Plusieurs pièces de bois sont assemblées pour former la courbure qu’un cintrage n’aurait pas permis d’atteindre. L’âme est ensuite recouverte de cuir ou de tissu, peinte et enfin protégée par un vernis.


Vires, carreaux, lances ou épées ne pouvaient percer cette défense, dont l’impénétrabilité est renforcée par la superposition de différents matériaux. Quant à la partie saillante, elle a autant pour but d’éviter la planéité, qui rendrait le bouclier plus fragile et empêcherait les traits ennemis d’être déviés que, pour les pavois, de permettre sa mise en place au moyen d’un bâton fiché en terre.


Organisés en compagnies combinant archers et arbalétriers, piquiers et pavescheurs, ces derniers dressaient une ligne de pavois qui formait une sorte de fortification de campagne sur laquelle se brisaient les assauts de la cavalerie ou des compagnies de fantassins, tout en protégeant des tirs d’arc ou d’arbalète.


Interdite plusieurs fois, dès 1139 par le deuxième concile de Latran, l’arbalète, qui permettait à un homme sans formation particulièrement longue ni coûteuse, par opposition à celle du chevalier, d’abattre à distance un ennemi sans distinction sociale, a été à l’origine du développement des pavois, dont elle est le pendant naturel.


S
upplantée par le développement et la supériorité des armes à feu, l’arbalète disparait des champs de bataille au XVIème siècle, entraînant avec elle les pavois, incapables de résister aux projectiles à poudre. La targe a suivi le même parcours, emportée par la mutation de l’emploi de la cavalerie. Ces objets, après avoir assuré une fonction défensive pendant plusieurs siècles, ont été rapidement frappés d’obsolescence. Leur conservation témoigne donc de la volonté de quelques collectionneurs, tel le général Eduard von Peucker (1791-1876), de rassembler des objets dont l’usage était depuis longtemps perdu, mais dont l’attrait décoratif demeurait intact.

Comparaisons
a) Pavois, Prague, Nàrodni Museum, inv. 27.
b) Targe (Tartsche), Zwickau, Städtischen Museum, inv. A12.
c) Targe, New York, Metropolitan Museum, inv. 42-50-30,


Bibliographie
DENKSTEIN, V., Pavises of the bohemian type I : contribution to the history of the Hussite military tradition, its dissemination and influence in the 15th century, Acta musei nationalis, XVI, 1962, série A – Historv, no4/5.
Pavises of the Bohemian type II, ibid. XVIII, 1964, n°3/4, Pavises of the Bohemian type III, ibid. XIX, 1965, n°1/4.
ZDLISLAW ZYGULSKI, Jr., The Battle of Orsha, in Art, arms and armour, vol. 1, 1970-1980, Chiasso, 1980.

Boucliers conservés dans les collections publiques

*Pavois. Bohème, XVème siècle, Zwickau, Städtisches museum, inv. A12. 5.

*Bouclier, Bohème, XVème siècle, Darmstadt, Hessiches Landesmuseum.

*Mathias Corvin (1458-1490), Targe funéraire du roi de Hongrie, Bohème, XVème siècle, Vienne, musée de l’Armée.

*Bouclier de parement : Milon de Crotone, Italie, 2ème moitié du XVème siècle, Paris, musée du Louvre, OA 7381.

*Siège de Duras (1377). Froissart Jean, Chroniques, Bruges, XVème siècle, Paris, BNF, Fr. 2644, fol.9.

*Caballero Cifar, Siège de Galapia, Castille, XVème siècle, Paris, BNF, Espagnol 36 fol.17 v.

*Van Cleve Joos (vers 1485-1540/1541), Bataille entre hussites et impériaux vers 1430-1440, Paris, musée du Louvre, inv. 78 LR.

*Kodeks Baltazara Behema, Tir au Papagai, Pologne, 1505, Cracovie, Bibliothèque Jagiellone.

*Mansel, Jean, La fleur des histoires. Première moitié du XVème siècle, Chantilly, musée Condé, Ms 730-fol.259vo.

*Guillaume de Tyr, Bataille de Dorylée (1097), Bruges, XVème siècle, Paris, BNF Fr. 68, fol. 38. 14. Maître de la palla Sforzesca, actif 1480-1520, L’Apparition de saint Ambroise à la bataille de Milan, Avignon, Petit-Palais.

*Combats de Brunor et de Lancelot au château de Soreloys. Gilles Gracien, Roman de Tristan, 1479-1480, Chantilly, musée Condé, inv. Ms 645-fol. 236 rto.

*1 mois, 1 œuvre : texte de de référence de 2007, mis à jour par l’auteur en 2024.

Les ouvrages sont consultables au centre de documentation du musée de Cluny, sur rendez-vous : Chercher un titre


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Michel Huynh (21 mai 2024). Targes et pavois*. La chronique du musée de Cluny. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11q36


Michel Huynh

Né à Obernai (67), date et lieu de décès non encore déterminés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search