Entre humilité et autorité : Jean Miélot, scribe-traducteur au travail (BnF fr. 9198)

Vie et Miracles de Notre Dame, Paris, BnF, fr. 9198, fol. 2 : saint Jérôme écrivant. Détail.

Par Florence Bouchet, professeure à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, PLH, EA 4601

*****

Jean Miélot a travaillé à la cour de Bourgogne à partir de 1448, au service de Philippe le Bon jusqu’à la mort de celui-ci en 1467, puis de Charles le Téméraire et de Louis de Luxembourg. Il était à la fois traducteur, copiste et décorateur (sinon véritable enlumineur) de manuscrits, ainsi que chanoine de la collégiale Saint-Pierre de Lille de 1453 à sa mort en 1472. Il a laissé une œuvre assez ample, à dominante dévote, didactique et hagiographique, identifiée par plusieurs érudits du 19e et du début du 20e siècle et davantage analysée depuis les années 2000[1].

Le manuscrit BnF fr. 9198 (Gallica.bnf.fr), probablement non autographe[2], rassemble divers textes consacrés à la Vierge Marie :

a) La genealogie de Nostre Dame, mere de Dieu (fol. 1-2)

b) Prologue de saint Jherome sur la vie de la tres bieneuree Vierge Marie (fol. 2-3v)

c) La vie de la glorieuse Vierge Marie, mere de Nostre Sauveur Jhesu Crist (fol. 4-17)

d Deux chantz royaulx baladez en l’onneur et reverence de la benoite Vierge Marie, Mere de Dieu, (fol. 17v-19)

e) Ung petit traictiet de l’Assumption de la tres glorieuse Vierge Marie (fol. 19-27)

f) 52 miracles de la Vierge en prose (fol. 27v-151)

Ce contenu[3] assigne à Jean Miélot divers degrés d’auctorialité :

  • compilateur (combinaison de chapitres du De nativitate Mariæ et du Pseudo Matthieu en c, sélection de miracles f)
  • traducteur du latin en français (b, c, e)
  • traducteur de l’ancien français en moyen français et dérimeur (f, à partir de miracles en vers de Gautier de Coincy et de la Vie des Pères)
  • auteur probable [4] du 2e chant royal, voire du 1er (d).

Ce manuscrit est orné de 59 miniatures en grisaille dues à Jean Le Tavernier[5], un des enlumineurs favoris de Philippe le Bon. La miniature du folio 19 montre avec force détails Miélot dans son atelier (à Lille ?), muni de tous les outils utiles au travail d’écriture[6] ; mais elle n’illustre pas seulement son activité de copiste, comme on a trop souvent tendance à l’indiquer ici et là. Sa signification s’enrichit si on la met en relation avec la miniature du folio 2 consacrée à saint Jérôme.

La miniature du folio 19 est située entre la fin du 2e chant royal et la rubrique annonçant le prologue traduit sur l’Assomption de la Vierge, donc à l’articulation de deux pratiques d’écriture de Miélot. Qu’y voit-on ?

  • Miélot est assis sur un simple tabouret pliant face à sa table de travail complétée d’un pupitre ; un repose-pieds rend sa posture un peu plus confortable.
  • Il écrit à main levée à l’aide d’un calame tenu entre le pouce, l’index et le majeur. Ce geste évite de faire des taches par frottement sur le feuillet mais est très fatigant ; la main qui écrit pivote sur l’auriculaire. Le canivet tenu à main gauche sert à maintenir le parchemin sur son support, à gratter les fautes éventuelles en cours de copie et à tailler le calame.

  • Il écrit un texte à longues lignes sur un feuillet de grande dimension, déployé sur le pupitre et plaqué à l’aide d’un poids retenu par une ficelle. Avec son bas enroulé, il rappelle la forme du rotulus, faisant signe vers l’antique, de pair avec l’emploi d’un calame plutôt que d’une plume ; deux autres feuillets-rotuli sont repérables (lutrin, tiroir). En tout cas, l’image s’affranchit du topos iconographique irréaliste qui figure le scribe écrivant sur un codex déjà relié.

  • Sur le côté gauche de la table sont disposées trois fioles d’encre[7] ; au-dessus de la tête de Miélot, accrochées au mur, trois cornes servent également de contenant.

  • Le lutrin supérieur, articulé à l’arrière de la table, présente un codex tenu ouvert lui aussi par un poids. S’agit-il du manuscrit qui sert de modèle au copiste ? Il paraît trop haut pour être lu aisément par le scribe assis. Miélot est-il alors en train d’écrire un texte de son propre chef, sans avoir à suivre un modèle ? Le texte n’est malheureusement pas déchiffrable, même une fois grossi sur la numérisation en ligne de Gallica.

  • Contre le mur de fond, un large meuble sert de rangement (partie basse) et de présentoir (partie haute). Les livres, omniprésents, témoignent des multiples lectures du compilateur : ouverts, fermés, certains au sol – parce qu’ils viennent d’être consultés ? Ce sont des ouvrages de luxe, de grand format, dotés de belles reliures au décor estampé arborant la croix de saint André, saint patron du duché de Bourgogne. En haut à droite, dans un tiroir ouvert : encore un livre, fermé avec un signet glissé en repérage d’une page, des calames de rechange, un rotulus et une paire de lunettes, accessoire obligé du copiste ou du clerc vieillissant !

L’impression générale qui se dégage de l’image est celle d’un écrivain (copiste / auteur) appliqué et serein, dûment outillé pour accomplir sa tâche, placé dans un environnement de travail optimal pour l’époque.

Sous l’image, la rubrique annonce : S’ensieut ung petit prologue sur l’Assumption de la Vierge Marie, translaté de latin en françois par Jo. Milot. C’est, dans le manuscrit, la seule mention de Miélot avec celle de l’explicit. Remarquons la graphie particulière : Jo est l’abréviation du prénom latin Johannes (latinisation du prénom Jehan), qui là encore fait signe vers l’antique. Quant à Milot, le nom amputé d’une lettre se rapproche du nom latin Miletus qui suit immédiatement (Méliton de Sardes, 2e s. ap. J.-C., auteur du traité sur l’Assomption de la Vierge), suggérant que Miélot est une sorte de double français de Méliton, parfaitement à même de le traduire.

La miniature du folio 19 entre nécessairement en résonance avec celle du folio 2, qui figure saint Jérôme en train d’écrire.

Elle aussi précède une rubrique annonçant un prologue : Cy commence ung prologue de monseigneur saint Jerome sur la vie de la tresbieneuree Vierge Marie, qu’il composa a la requeste d’un sien disciple [en ceste etc ?]. Ce prologue explique que saint Jérôme n’est pas l’auteur, mais le traducteur d’un livret en hébreu sur la vie de la Vierge Marie. Surtout, Jérôme est le célèbre traducteur de la Vulgate (au 4e s.) ; c’est donc le traducteur par excellence, figure d’autorité idéale pour Miélot.

Les deux miniatures se font écho à travers plusieurs détails :

  • Jérôme écrit à l’aide d’une plume (d’après la courbure de l’instrument) [8], momentanément relevée, sur un rotulus.
  • Ce rotulus semble identique à celui glissé à l’intérieur du lutrin supérieur de Miélot, ce qui désigne saint Jérôme comme l’une des sources du traducteur-compilateur bourguignon.
  • Sur la roue à livres, Jérôme a lui aussi un codex ouvert, surmonté d’un rotulus couvert de caractères hébreux fantaisistes (disposé sur une planchette oblique astucieusement dotée de deux fentes permettant de dérouler commodément le rotulus au fur et à mesure de sa lecture).
  • Sur le plateau de la roue, une paire de lunettes, cette fois parfaitement anachronique [9] !
  • Au sol : un codex ouvert, un autre fermé, estampé à la croix de saint André (autre anachronisme, comme si le livre s’était échappé de la bibliothèque des ducs de Bourgogne).
  • Le tapis natté oblong posé sur le carrelage sous les pieds de saint Jérôme couvre, dans le folio 19, tout le sol.
  • Le vêtement de saint Jérôme, une ample chape à plis marqués, est analogue à celui de Miélot, même si celui de Jérôme semble plus luxueux (manches bordées de fourrure ?). Tous deux sont coiffés de la même sorte de cale.

Bien sûr, saint Jérôme se distingue par les attributs spécifiques de sa dignité : l’auréole, le chapeau cardinalice accroché au-dessus du dossier de son fauteuil, le lion légendaire. Sa cathèdre assez massive contraste avec le frêle tabouret de Miélot ; la tablette pivotante fixée à l’accoudoir gauche permet à Jérôme d’écrire sur une surface plane, bien plus commode que le genou sur lequel écrivent souvent les évangélistes ou d’autres auteurs, dans les portraits topiques qu’en offrent les manuscrits paléochrétiens et médiévaux.

Au total, ce sont les objets, et en particulier le matériel d’écriture, qui opèrent une translation d’une miniature à l’autre, suggérant la continuité à travers une sorte de chiasme temporel qui rapproche les deux auteurs l’un de l’autre, sans les assimiler : éléments anachroniquement modernes chez saint Jérôme, retour partiel à l’antique chez Miélot. Ce dernier apparaît comme le digne successeur de Jérôme, même si sa posture exprime une forme d’humilité : figuré de ¾ dos, tête studieusement penchée sur l’ouvrage, tandis que Jérôme est montré de ¾ face, tête levée en signe d’inspiration divine[10]. La multiplication des livres dans le folio 19 signifie l’enrichissement du savoir au fil du temps, qui justifie le travail du compilateur bourguignon.

Jean Le Tavernier a donc mis en relief la compétence de Miélot en tant qu’« écrivain », à tous les sens du terme : le portrait du folio 19 peut se lire comme une image syncrétique qui combine les divers statuts auctoriaux de Miélot. Peu importe que les traits prêtés à Miélot sur l’image soient réalistes ou pas, c’est sa « fonction-auteur » qui est représentée[11] ; le souci de réalisme porte sur la figuration remarquablement précise de l’outillage du scribe. Cette démarche rejoint les recherches actuelles sur la « corpo-réalité » qui vise à incarner l’auteur médiéval dans son texte[12] ou ici dans l’image, celle du corps du scribe et des objets investis dans sa tâche.


[1] Georges Doutrepont, La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Paris, Champion, 1909 ; Le Moyen français, 67, 2010 (entièrement consacré à Miélot) ; M. Colombo-Timelli, « Jean Miélot, bilan et perspectives », Carte Romanze 6/2, 2018, p. 105-120, En ligne : https://riviste.unimi.it/index.php/carteromanze/article/view/10698. Sur Jean Miélot, voir la notice de M. Colombo Timelli et P. Schandel dans le catalogue d’exposition Miniatures flamandes. 1404-1482, BnF/KBR, 2011, p. 351-353.

[2] La question n’est pas tranchée par les spécialistes. Olivier Delsaux et Tania Van Hemelryck, Les manuscrits autographes en français au Moyen Âge. Guide de recherches, Turnhout, Brepols, 2014, affectent ce ms. d’un point d’interrogation (p. 104 et 151). Dominique Vanwijnsberghe et Erik Verroken avancent que la copie « pourrait être l’œuvre d’un scribe qui aurait suivi la cour dans ses déplacements au moment où elle s’installa pour près d’un an dans le comté de Hollande, de novembre 1455 à la mi-octobre de l’année suivante » (Miniatures flamandes, op. cit., p. 216). Plusieurs caractéristiques habituelles des manuscrits autographes de Miélot sont absentes du fr. 9198.

[3] Description du ms. par Léopold Delisle, « Les Miracles de Notre-Dame. Rédaction en prose de Jean Miélot », Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1886, p. 32-45, En ligne : https://archive.org/details/BulletinHistoriqueEtPhilologique4-1886/page/n33/mode/2up?view=theater. Détail des sources et résumé des textes dans la thèse de Loula Abd-Elrazak, Édition critique du manuscrit français 9198 : La Vie et Miracles de Nostre Dame de Jehan Miélot, Université d’Ottawa, 2012, p. 59-133, En ligne : https://ruor.uottawa.ca/items/a7d93cbb-b9da-4ab0-b200-b0bb7edf60c5

[4] Selon Gérard Gros dans deux articles parus en 2011 et 2012, En ligne : https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_2011_num_155_1_93095 et https://journals.openedition.org/studifrancesi/4539

[5] Voir la notice de D. Vanwijnsberghe et E. Verroken, Miniatures flamandes, op. cit., p. 211-215.

[6] La miniature du fol. 19, assez souvent reproduite, a déjà été décrite : Miniatures flamandes, op. cit., p. 216 ; Abd-Elrazak 2012, p. 181-182.

[7] On les attendrait plutôt à droite du scribe droitier, mais alors elles ne seraient pas visibles sur l’image.

[8] Voir le Vocabulaire codicologique en ligne de Denis Muzerelle, URL : https://codicologia.irht.cnrs.fr/theme/liste_theme/213

[9] Les premières paires de lunettes datent d’environ 1270.

[10] Plutôt qu’un regard de vérification du calame, interprétation d’Abd-Elrazak 2012, p. 180, reprise sur le site Ut pictura 18 : les yeux ne sont pas exactement dirigés vers l’instrument d’écriture, mais vers le haut ; la plume levée devient l’indice métonymique de la colombe de l’Esprit.

[11] N’en déplaise à Michel Foucault, qui décale vers les 17e-18e siècles la revendication d’auctorialité littéraire (« Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la société française de philosophie, 1969, p. 84-88).

[12] Dossier sur « La corpo-réalité dans les œuvres du Moyen Âge », CRMH 36, 2018. La 2e partie de l’article d’Olivier Delsaux est consacrée à Miélot, En ligne : https://journals.openedition.org/crmh/16207


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Florence Bouchet (11 mai 2024). Entre humilité et autorité : Jean Miélot, scribe-traducteur au travail (BnF fr. 9198). La chronique du musée de Cluny. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11vbw


Florence Bouchet

Professeure de littérature française du Moyen Âge Université Toulouse - Jean Jaurès Laboratoire PLH, EA 4601

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search